Mission M’Other de Pierre Bordage et Melanÿn

 

 

Titre : Mission M’Other

Auteurs : Pierre Bordage et Mélanÿn

Maison d’éditions : J’ai lu

Genre : Science fiction

Date de publication : novembre 2018

Date de lecture : novembre 2018

Nombre de pages : 251

Prix : 6€

ISBN : 9782290155363

***

Le résumé :

Après l’incendie du vaisseau dans lequel elle vivait avec sa famille et un atterrissage forcé sur Terre, Lia découvre avec stupéfaction un monde en ruine, vide de toute présence humaine. Seule, elle part à la recherche d’hypothétiques survivants. Son voyage, celui d’une jeune femme livrée à elle-même dans une France dévastée, la conduira bien plus loin qu’elle n’aurait pu l’imaginer.

 

Mon avis :

Je vous propose aujourd’hui de découvrir la version écrite de mon avis concernant Mission M’other. J’ai assez honte, mais je me dois de vous le partager, j’ai lu ce livre en novembre dernier et suite à tous les changements qui ont eu lieu ces derniers temps, le blog a été « suspendu » – plus de nouvelles publication quoi – pendant plusieurs mois. Aussi, certains avis que je vais vous partager dans les semaines à venir concernent d’anciennes lectures. Pas de panique, je note systématiquement mes réflexions une fois la dernière page lue.

Avant la lecture de Mission M’Other, je ne connaissais Pierre Bordage que de nom et de renom. Vu les avis qui défilent sur la toile concernant ses romans, il faisait partie des plumes que je souhaitais découvrir dans la catégorie littérature de l’imaginaire.

Nous suivons ici Lia, une jeune fille de 15 ans, qui a atterri sur Terre suite à la destruction du vaisseau dans lequel elle vivait avec ses parents. Commence alors un long voyage à travers un monde inconnu et désertique. Son but, survivre. Son obsession, Tara.

J’ai apprécié ce roman pour plusieurs raisons. Tout d’abord, j’ai vraiment aimé le style de Pierre Bordage et de Melanÿn. Ce roman n’est pas divisé en chapitre mais en « jour ». Le jour 1 étant le premier qui à suivi l’arrivée de Lia sur Terre. Ainsi, le récit est raconté à la première personne du singulier – pour ceux qui n’aimeraient pas – sous forme de journal intime, ou de journal de bord. La solitude et la peur gagnant Lia, cette dernière a très vite choisir d’adresser ses mots à « Tara », une petite fille mystérieuse dont Lia possède la photo.

Je ne suis pas très fan du style épistolaire et journal intime, mais je dois dire qu’ici cette forme ne m’a pas dérangée. L’avantage est qu’on peut bien s’immerger et apprécier la personnalité de l’héroïne. Cependant, je ne peux pas ne pas dire que ce choix n’a pas été source de frustration, puisque j’aurais adoré pouvoir lire d’autres points de vue. Nous évoluons ici dans un montre détruit qui s’est partiellement reconstruit en faisant abstraction des codes et des modes de vie de l’ancienne civilisation. Je pense donc que pouvoir suivre les pensées d’autres personnages aurait été un gros plus pour appréhender comme il faut cet univers.

Pour ce qui est des personnages, je peux dire que j’ai beaucoup aimé Lia et sa capacité d’adaptation et de survie. Elle évolue beaucoup, selon moi, durant les « quelques jours » que nous suivons dans ce roman.  Pour ce qui est des autres, je ne peux pas me prononcer pour leur personnalité, puisque le point de vue de Lia ne permet pas de les étudier plus en profondeur. Cela plus le fait que le roman soit très court, fait que les autres personnages apparaissent moins développés que l’héroïne. C’est le point où je trouve quelque chose à redire, car j’avais vraiment envie d’aller plus loin dans la découverte de ce beau monde.

En ce qui concerne l’intrigue, je suis globalement satisfaite. Sur certaines choses, le lecteur peut avoir quelques idées de ce qu’il va advenir, mais pour d’autres – les plus importantes – le mystère est resté total. Certaines questions que l’on se pose durant toute la lecture ne trouvent leur réponse qu’à la dernière ligne et c’est vraiment quelque chose que j’ai adoré. Plus la fin approchait et plus je me disais qu’il manquait quelque chose et finalement non. Pour le coup, le lecteur est vraiment tenu en haleine jusqu’au bout et c’est d’autant plus vrai que l’on ne s’attend pas à ce que l’histoire prenne un tel tournant quand on démarre la lecture. Vu la taille du livre, je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi « grand » et à ce que les auteurs partent aussi loin dans leur réflexion et leurs idées.

Bref, j’ai été contente de découvrir l’histoire de Lia. Écrire à quatre mains ne doit pas être un exercice très facile et je trouve que Pierre Bordage et Melanÿn s’en sont très bien sortis, surtout en si peu de pages. Je suis rarement convaincue par des histoires de SF-F-F de moins de 300 pages, car je trouve qu’il manque toujours beaucoup d’éléments nécessaires à l’appréciation des univers créés et décrits, mais ici je n’ai pas eu cette impression, hormis mon petit regret concernant les autres personnages, mais ce manque se justifie par le style de narration choisi. Enfin, l’intrigue bien menée et le rythme ont rendu ma lecture très dynamique et j’ai apprécié les messages que les auteurs ont cherché à transmettre à travers Mission M’Other. Je pense que ce roman peut être lu par des gens qui ne sont pas habitués à lire de la SF-F-F, car le style est simple et le monde décrit n’est pas compliqué à découvrir. Je ne sais pas si c’est LE roman à choisir pour qui veut découvrir Pierre Bordage, mais je le recommande vivement.

Prenez soin de vous.

One thought on “Mission M’Other de Pierre Bordage et Melanÿn

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.