Déracinée de Naomi Novik

 

Titre : Déracinée

Auteur : Naomi Novik

Maison d’éditions : J’ai lu

Genres : fantasy

Date de parution : 26 septembre 2018

Date de lecture : le 7 octobre 2018

Nombre de pages : 512

Prix : 8.50€

ISBN : 9782290154892

***

Le résumé :

Depuis toujours, le village de Dvernik est protégé des assauts du Bois – une forêt maléfique douée d’une volonté propre – par le «Dragon», un puissant magicien. Celui-ci, en échange de ses services, prélève un lourd tribut : à chaque génération, la plus jolie jeune femme de la communauté disparaît dans sa tour. Cette année, c’est Kasia qui sera choisie. Forcément, c’est la plus belle, la plus populaire. Personne n’en doute, et encore moins Agnieszka, qui n’a jamais voulu de cet honneur. Mais les choses ne vont pourtant pas se passer comme prévu, et Agnieszka va découvrir un monde au-delà de l’entendement…

Mon avis :

Ce roman a fait couler beaucoup d’encre quand il est paru pour la première fois en France. Le résumé accrocheur a pas mal plu et l’ouvrage était, du coup, présent dans beaucoup de bookhaul et de pile à lire, sur la toile. Comme de nombreux lecteurs, j’ai été séduite par cette réécriture de conte, mais l’occasion de lire Naomi Novik ne s’est présentée qu’aujourd’hui, avec la réédition du roman en version poche chez J’ai lu.

Le bilan est plutôt mitigé, contrairement à ce à quoi je m’attendais. L’auteure a fait des choix que j’ai trouvé particuliers en ce qui concerne le découpage du récit ou le déroulé de l’histoire.

Pour ce qui est de l’écriture, j’ai trouvé le roman facile et fluide à lire, mais pour moi Naomi Novik n’est  pas assez rentrée en profondeur dans la psychologie des personnages. Autant l’héroïne, Agnieszka, est développée, même si on pourrait selon moi aller plus loin, autant le personnage du Dragon m’est apparu assez fade et stéréotypé. Il incarne l’être surnaturel froid et hautain et renfermé dans toute sa splendeur, un peu à la manière des anges (rien à voir avec le bad boy). Du coup j’ai trouvé que les échanges entre les deux étaient assez limités et que la relation romantique n’avait pas vraiment sa place dans l’histoire. En plus d’être très très légère, je l’ai trouvé assez mal amenée et inutile.

Hormis ce point-ci et le fait que certains choix de l’auteure ont fait que l’histoire à moins correspondu à mes attentes, j’ai quand même passé un bon moment de lecture, car j’ai trouvé Naomi Novik très douée pour décrire les univers et construire une intrigue. Les actions et les révélations se sont bien enchaînés durant une grande partie du roman, même si j’ai trouvé le tout début du livre très rapide et la phase d’apprentissage d’Agnieszka assez creuse. Le reste du livre est très riche en rebondissements et en action, sans être indigeste. L’auteure amène petit à petit le lecteur là où elle le souhaite, ce qui a rendu la lecture plein de suspense.

Enfin, je voulais aborder la question de la réécriture de conte. Pour moi, j’allais véritablement lire une réécriture de conte. Je pensais donc que cet aspect de l’histoire serait beaucoup plus présent. Malheureusement, même si le début du roman s’inspire de certaines histoires, l’auteure se détache vite de leur schéma de base. Du coup, c’est un pan du roman que l’on voit peu, à mon sens. Sinon, des références aux contes slaves sont faites et c’était quelque chose d’appréciable, mais il s’agit plus de mentions de personnages ou de l’utilisation de certains prénoms connus, qu’une utilisation très poussée qui orienterait l’histoire.

Après, je ne suis pas une experte en contes slaves, donc je peux me tromper complètement. Si certains en connaissent davantage sur le sujet, qu’ils n’hésitent pas à se manifester.

En définitive, ce roman était un bon roman de fantasy. L’univers était développé mais facile à appréhender et l’auteur a su mettre en place une intrigue complexe qui tient le lecteur en haleine jusqu’au bout. Je regrette juste que l’aspect réécriture ne soit pas plus présent, que le personnage du Dragon ne soit pas plus fouillé et que la romance soit vaguement présente sans rien apporter à l’histoire.

Naomi Novik est également connue pour sa saga Téméraire, qui a remporté beaucoup de succès. Certains retours de mes proches ont piqué ma curiosité et je pense retenter avec plaisir une lecture signée par l’auteure. Des avis concernant cette saga?

Prenez soin de vous.

2 thoughts on “Déracinée de Naomi Novik

  1. Lorsque ce roman était sorti, je l’avais tout de suite mis dans ma wishlist puis je l’avais plus ou moins carrément oublié… Jusqu’à sa sortie poche où on recommence à en entendre parler un peu partout ! Ce livre m’intrigue beaucoup mais je tarde à sauter le pas, j’ai peur de ne pas accrocher!

    1. Moi ça a été pareil. Il m’a fait hyper envie à sa sortie puis ça s’est tassé. Et là, rebelote avec la sortie poche !
      Alors si tu aimes la fantasy, cela peut te plaire, mais il faut quand même t’attendre à quelque chose de différent de ce que promet le résumé. C’est très éloigné du schéma du conte classique, même si l’histoire est pleine de références. Cela peut être très déstabilisant !
      Belle journée à toi !

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.