Néachronical L’intégrale (- T.1 Memento Mori) de Jean Vigne

 

Titre : Néachronical L’intégrale (T.1 – Mémento Mori)

Auteur : Jean Vigne

Maison d’éditions : Lynks, collection « Re:Lynks »

Genres : Fantastique, Urban Fantasy, Thriller

Date de parution : 20 septembre 2018

Dates de lecture : du 1er au 3 octobre 2018

Nombre de pages : 732 (pour la version intégrale)

Prix : 17.90€

ISBN : 979-1097434137

***

Le résumé :

Après avoir fait le mur pour aller à un rendez-vous nocturne, Néa, 15 ans, se réveille à demi-embourbée dans les marais locaux. Sur le chemin du retour, l’esprit embrumé, elle tente de rassembler des souvenirs qui lui échappent. D’autant plus qu’une fois chez elle, ses parents, sous le choc, lui apprennent que son absence a en fait duré plus de cinq ans.

C’est désormais une jeune femme qui doit reprendre sa vie là où elle s’était arrêtée, c’est à dire au lycée. Seulement, le fossé avec ses camarades se creusent de jour en jour, pas seulement à cause de l’âge, mais également parce qu’une série d’événements inexplicables la rend différente du lycéen lambda. Et du genre humain…

Maintenant, Néa n’a plus qu’une idée en tête : retrouver la mémoire afin de comprendre ce qu’il lui arrive.

Mon avis :

Cette histoire me faisait envi depuis un bon moment, tout comme la plume de l’auteur. En effet, j’entends beaucoup de bien de Jean Vigne sur la toile et étant donné qu’il propose pas mal de romans fantastiques, il fallait que je le lise un jour ou l’autre ! Ce jour est arrivé grâce à Lynks, qui a décidé de rééditer cette saga en intégrale. J’ai pu ainsi assouvir ma curiosité.
Après lecture, je dois admettre que je m’attendais à quelque chose de différent. L’auteur possède une vision des choses qui est assez particulière, et une façon d’articuler le récit qui lui est propre. J’ai trouvé cela déstabilisant, surtout à la lecture du tome un – oui, je suis en train de lire la suite, « Post Mortem » –.

En effet, dans ce tome-ci, nous retrouvons Néa, une jeune fille de quinze perdue au milieu d’une fôret sans souvenir autre que son prénom. Une fois retournée chez les siens, elle découvre qu’elle a disparu pendant cinq ans et non une poignée d’heures comme elle le pensait. Autre fait étrange, suite à son retour plein de choses bizarres se produisent autour d’elle.

Comme le résumé l’annonce, l’histoire tourne autour de Néa, l’héroïne. Mais habituellement, d’autres personnages secondaires assez importants gravitent autour du héros. Ici il n’en est rien. Certains font une apparition rapide de temps en temps, mais l’héroïne était seule la plupart du temps et ce n’est pas vraiment quelque chose que j’ai beaucoup aimé – cela n’engage que moi – car je n’apprécie pas particulièrement l’héroïne. C’est une adolescente très difficile, à l’opposé de ce que j’étais au même âge, et je n’ai pas compris bon nombre de ses réactions et raisonnements. Elle est le anti-héros par excellence, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, mais ici cela a du mal à passer pour moi.

Je regrette donc beaucoup qu’aucun autre personnage n’ai fait contre-poids dans ce premier volume.

Pour finir sur les personnages, j’ai été un peu déçue par le fait que l’auteur ait succombé au syndrome de « on ne sait pas quoi faire des parents, donc on les jette vite fait bien fait ». J’ai trouvé leur absence soudaine et donc peu réaliste. Après, j’ai un souci aussi avec le fait de se débarrasser des parents pour que le héros puisse être libre de faire ce qu’il veut. Mais encore une fois, ce n’est que mon avis.

Pour ce qui est du style de Jean Vigne, j’ai trouvé sa plume agréable à lire et très facilement identifiable : tranchante, percutante. L’auteur ne prend pas des gants pour expliquer les choses et c’est quelque chose que j’ai apprécié, même si j’ai peu l’habitude de lire ce style d’écriture. Cette nouveauté était la bienvenue, car cela a rendu le roman très facile à lire.

J’ai également trouvé que le roman était bien dosé. Le mystère qui tourne autour de Néa reste entier, sans que je n’ai pour autant ressenti de l’impatience – chose très étrange chez moi ! –. Pour ne rien gâcher, on sent que l’auteur ne va pas se contenter de la facilité et que les choses compliquées vont arriver à un moment ou un autre.

De plus, parallèlement aux étrangetés qui entourent l’héroïne, qui se met à développer certaines capacités malgré elle et qui constitue l’aspect fantastique de l’histoire, il y a l’enquête concernant la disparition de Néa. Est-ce lié à ses étranges pouvoirs? Est-ce que l’affaire n’a rien à voir? Les indices  sont semés de façon progressive, ce qui rend l’ensemble facile à comprendre. Personnellement, je ne suis pas fan des thriller, mais cet aspect là du roman ne m’a pas dérangé.

Au final, malgré le fait que je ne sois pas attachée à l’héroïne, l’auteur a dosé son histoire de façon attiser ma curiosité. J’ai passé un moment agréable et je n’ai pu résister à l’idée de lire la suite de suite après avoir fini Memento Mori, car je veux obtenir les réponses à toutes mes questions. J’ai bon espoir que l’héroïne prenne du plomb dans la cervelle et que d’autres personnages se révèlent. Vu le succès que rencontre l’auteur et ce que je lis du tome deux, je suis confiante !

Prenez soin de vous.

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.