Baby Random T.1 de Gaïa Alexia

 

 

Titre : Baby Random T.1

Auteur : Gaïa Alexia

Maison d’éditions : Hugo roman, collection « Hugo poche »

Genres : romance contemporaine, romance

Date de parution : 4 octobre 2018

Dates de lecture : du 29 au 30  septembre 2018

Nombre de pages : 400

Prix : 7.60€

ISBN : 978-2755639865

***

Le résumé :

L’imprévu pourrait être sa plus belle surprise !

Il est 10 h 30 quand son patron arrive au café dans lequel travaille Célia. Il lui fait un sourire et l’invite une fois de plus à dîner. Mais Max est Français, et la réputation des Français pour briser les cœurs n’est plus à faire… Quelle excuse va-t-elle pouvoir trouver pour l’éviter ? Et si elle mettait ses préjugés de côté, Célia ne serait-elle pas surprise ? Il est 11 h 05. Célia est debout derrière sa caisse. Il va arriver, elle le sait. Il vient tous les jours depuis un an, toujours à la même heure. Il ne dit pas bonjour, ne sourit pas, ne la regarde pas et commande toujours la même chose. Célia se maudit de n’être qu’une petite serveuse dans le décor de cet homme d’affaires. Pourquoi aurait-il envie de la regarder, après tout ? Et si le sort décidait de se mêler de la vie amoureuse de Célia Fowell et de tout renverser sur son passage telle une tornade dans un magasin de porcelaine ?

Mon avis :

J’attendais la sortie de ce roman avec impatience. Pourtant, je n’ai lu que les premières lignes du résumé avant de me lancer. Après lecture, je dois avouer que je suis assez mitigée. J’ai passé un moment agréable, mais certaines choses m’ont moins plus.

Tout d’abord, je voudrais parler un peu de la construction du récit. J’ai apprécié la plume de l’auteure, qui n’hésite pas à mettre en scène différents points de vue au fil du roman, sans pour autant trouver que le style se démarque. C’est facile et fluide à lire, mais je ne pense pas que je reconnaîtrais l’écriture de l’auteure sortie de son contexte.

Ensuite, pour ce qui est de la construction en elle-même, je dois avouer avoir eu beaucoup de mal à savoir où l’auteure voulait en venir durant la première phase de lecture. Il a fallu que j’attende la seconde moitié du roman pour savoir vraiment ce que l’auteure avait en tête et c’est à partir de ce moment là, lorsque l’histoire prend un tournant très différent, que j’ai vraiment apprécié ce que je lisais. [En même temps je suis un peu blonde. Je n’ai pas lu le résumé jusqu’au bout et n’est pas pris la peine d’analyser véritablement la couverture du livre lorsque je l’ai demandé en service presse. Je pense que j’aurais vite compris si cela avait été le cas #boulet…]

Durant la première partie, Célia découvre et oscille entre deux hommes, Max le patron français et un mystérieux inconnu dont je ne vais pas dévoiler l’identité pour éviter les spoilers. Je n’ai pas vraiment apprécié ce pan de l’histoire. J’ai trouvé ce début très long, d’autant plus que, selon moi, les deux personnages masculins auraient pu être davantage développés. Max devient tour à tour le mec boulet qui court après une femme alors que cette dernière n’est pas du tout intéressée, puis le mec parfait et hyper attentionné dont toutes les femmes rêvent. J’ai trouvé la transition entre les deux assez particulière, car on ne sait pas vraiment pourquoi l’héroïne a une vision si négative de cet homme au début (ou du moins, je trouve que c’est mal exprimé). Quand au mystérieux inconnu qui vient chaque jour à 11h05 passer commande à la caisse de l’héroïne, il apparaît comme un homme froid et hautain début, puis voit sa liste de défauts s’allonger car c’est quelqu’un qui n’a jamais galéré dans sa vie et qui a été pourri par l’argent.

Donc dans cette partie, vous l’aurez compris, on se retrouve un peu au milieu d’un triangle amoureux un peu bancale et aucun des deux personnages masculins ne m’a véritablement convaincue.

Malgré mes réticences, j’avais quand même la sensation que je devais continuer l’histoire. Même si je n’approuvais pas tous les choix et les réactions de Célia, je la trouvais quand même sympathique et attachante et ce sentiment s’est confirmé au fil des pages.

La seconde partie du livre la met davantage en valeur et les deux personnages masculins sont un peu moins présents. Du coup, on apprend à mieux connaître Célia car elle évolue davantage en solitaire et parce qu’elle est confrontée à des situations difficiles qui impliquent des choix. Cela plus le fait que l’intrigue se révèle de façon très brutale – mon coté boulet qui ne fait attention à rien, vous vous souvenez? – et devient de plus en plus présente jusqu’à la fin. Le tout a fait que j’ai trouvé le roman hyper addictif et plus intéressant une fois la seconde partie lue.

D’ailleurs, j’ai assez mal vécu la fin du roman tellement j’étais prise dans l’histoire. Et vu comment l’auteure à choisir de terminer ce tome un, c’est très compliqué d’attendre la suite d’autant que je ne m’attendais pas à un tel cliffhanger. Si ce roman vous intéresse, sachez le, la fin est très très frustrante !

Prenez soin de vous.

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.