Sirius de Stéphane Servant #PLIB2018

Titre : Sirius

Auteur : Stéphane Servant

Maison d’éditions : Rouergue

Genres : dystopie, science-fiction, jeunesse

Date de parution : août 2017

Dates de lecture : du 26 au 28 août 2018

Nombre de pages : 480

Prix : 16,50€

ISBN : #ISBN:9782812614330

***

Le résumé :

Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever son petit frère, Kid. Réfugiés au cœur d’une forêt, ils se tiennent à l’écart des villes et de la folie des hommes… Jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Pourchassés, il leur faut maintenant survivre dans cet univers livre au chaos et à la sauvagerie. Mais sur leur chemin, une rencontre va tout bouleverser : Sirius.

Mon avis :

Mes débuts avec ce roman n’ont pas été simples. En effet, Stephane Servant est connu pour avoir écrit le roman très apprécié, Le cœur des louves. Personnellement, ce bouquin a été une complète déception, à tel point que je n’ai pas pu le finir tant je trouvais l’histoire glauque. Aussi, même si Sirius me tentait beaucoup, j’avais quand même pas mal de réserves. Au final, ce roman a été désigné comme finaliste du prix littéraire de l’imaginaire et je me suis donnée un  coup de pied aux fesses.

Verdict? Je suis très agréablement surprise car, malgré ma curiosité, j’avais véritablement peur de lire cette histoire. La patte de Stephane Servant est toujours présente car on reconnaît bien son style, même si il est un peu différent de son autre roman.

J’ai apprécié certains éléments de l’histoire, comme la plume de l’auteur qui s’accorde très bien à l’ambiance de l’histoire. Dans ce livre, deux points de vue cohabitent (celui d’Avril et celui de Kid), et chacun utilise à un style d’écriture très différent. C’est assez déstabilisant car la différence est de plus en plus prononcée au fil des pages, parallèlement à l’évolution des personnages. C’était un peu étrange, mais c’est justifié et très bien exécuté.

J’ai également trouvé que Stephane Servant avait très bien su rythmer son histoire car, personnellement, je trouve que les road trip ne sont pas si faciles que cela à écrire. Il faut savoir doser l’évolution du voyage, celle des personnages et celle de l’intrigue de façon parallèle et cohérente, tout en décrivant un monde malmené et très différent du nôtre (pour ce roman-ci).

J’ai donc apprécié ma lecture et pris plaisir à découvrir les aventures d’Avril et Kid ainsi que le monde dans lequel ils vivent.

Cependant, si j’ai aimé le contexte, l’écriture et l’intrigue de ce roman, je dois avouer ne pas m’être  attachée aux personnages. Je les ai apprécié, aussi bien Avril que Kid, mais cela n’a pas été plus loin. Je ne sais pas vraiment l’expliquer, mais j’ai gardé une certaine distance avec ces deux protagonistes. Pourtant ces deux histoires sont très touchantes, surtout celle de Kid, mais je ne sais pas…

Le second point qui m’a un peu chiffonnée durant cette lecture, c’est le fait de ne pas avoir d’explication sur certaines choses. Vous le savez sûrement maintenant, j’aime obtenir toutes les réponses quand je lis un roman. J’aime que le cadre soit clairement défini et qu’il ne reste plus de « trou » à la fin.  Après, je suis peut-être passée à côté de certaines informations durant ma lecture, ce qui est très possible, mais le résultat reste le même : je me pose des questions. « D’où vient l’idée qu’il faut attendre Sirius pour aller sur la montagne? » Au début, on pense savoir le pourquoi du comment, mais plus les pages défilent et plus on se rend compte que l’hypothèse est fausse. Et à la fin, on se dit  « ouais, ça concorde, mais COMMENT l’idée de départ est-elle arrivée, surtout pour un tel résultat. Les gens qui ont lu le roman me comprendront peut-être, mais comment est venue l’idée d’attendre Sirius pour aller sur LA montagne, alors que le but du voyage est très éloigné de ce à quoi les personnages s’attendaient?

Enfin, je voudrais terminer sur une note très positive : les messages qui se cachent derrière se roman, cette mise en garde contre les abus de l’humanité. On retrouve beaucoup de romans qui utilisent ce thème de la nature qui reprend ses droits, mais j’ai trouvé que l’utilisation qu’en a fait Stephane Servant très originale et intelligente. En tout cas cela m’a donné matière à réfléchir.

Au final, j’ai été contente de tenter l’aventure en lisant ce roman. Cela m’a permis de me « réconcilier » avec l’auteur et de ne plus appréhender ses futures parutions. L’histoire était belle, bien construite et l’approche choisi était originale. Je suis donc ravie de vous recommander ce roman et qui sait, je retenterais peut-être un jour de lire Le cœur de louves !

Ce roman est nominé pour le Prix littéraire de l’imaginaire 2018 !  #plib2018

Prenez soin de vous.

2 thoughts on “Sirius de Stéphane Servant #PLIB2018

    1. Coucou ! Oui, si tu es intriguée, il faut que tu tentes ! Moi j’aiguille avec un avis, mais ce que je dis n’est valable que pour moi. Je préviens juste pour que les lecteurs sachent ce qu’il peut éventuellement plaire ou déplaire dans un bouquin. ^^ Donc si ça ne décourage pas les gens, c’est tant mieux, car on n’a pas tous les même goûts !

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.