Chroniques homérides T.1 – Le souffle de Midas d’Alisson Germain #PLIB2018

Titre : Chronique homérides T.1 – Le souffle de Midas

Auteur : Alison Germain

Maison d’éditions : Editions du chat noir, collection « Féline »

Genre : fantastique

Date de parution : 31 octobre 2017

Dates de lecture : du 21 au 22 juillet 2018

Nombre de pages : 272

Prix : 19,90€

ISBN : #ISBN:9782375680537

 

***

Le résumé :

Entre tes mains, fille d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux.

Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.

Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction…

Mon avis :

De tous les livres de booktubers parus ces derniers temps, Le souffle de Midas était celui qui me tentait le plus. J’avais bien aimé Le pacte d’Emma de Nine, mais regrettait fortement l’utilisation – à outrance – des clichés et lieux communs de la littérature young adult. De ce fait, et vu les avis positifs, je plaçais beaucoup d’espoir dans le livre de Lili, d’autant que les thèmes abordés me plaisent beaucoup.

Au final, je suis déçue en ce qui concerne ce roman. J’adore le fait que l’auteure se concentre sur les Homérides et non les dieux, mais d’un autre côté, beaucoup de choses m’ont dérangée durant cette lecture.

La chose qui m’a le plus frappée, et ce dès le début, c’est la plume de l’auteure. J’ai trouvé qu’il y avait pas mal de répétitions dans le récit et j’ai eu beaucoup de mal avec un personnage, Angus – le mâle de l’histoire en plus… – parce que Lili avait la facheuse tendance de lui faire dire le prénom de Louisel’héroïne – à la fin de chacune des  phrases qu’il utilisait pour s’adressait à elle. Du coup, quand un dialogue entre les deux personnages arrivait, il y avait cette double impression : de lourdeur et aussi de se faire prendre pour une débile (aussi bien le lecteur que Louise, genre on n’arrive pas à retenir son prénom…. Merci Angus de penser à nous !). C’est une mauvaise sensation qui m’a accompagnée durant toute ma lecture et j’ai d’ailleurs fait une capture d’écran pour montrer, sur Instagram, un petit passage dans lequel Angus nous fait le coup au moins 4 fois en même pas 10 lignes…. Juste ARFFFFFFEUH !

Ensuite, j’avoue avoir était surprise en ce qui concerne les choix de l’auteure pour organiser son récit.  Vu comment le roman est court, j’ai l’impression que l’on s’arrête sur des choses peux utiles et que le temps manque pour le reste. Pour moi, vu le manque d’action et de réelles explications, nous sommes clairement dans un tome introductif, comme si je n’avais lu que la première partie d’un livre. Les choses deviennent intéressantes et commencent à bouger seulement 10 pages (environ, c’est peut-être un peu plus ou un peu moins… Je l’ai lu en numérique) avant la fin. Donc, pour moi, le dosage n’est pas bon.

Enfin, je voulais parler un peu des personnages. Sur ce point aussi, j’ai été déçue  – oui je suis relou ! -, car pour moi, ils ne sont pas assez travaillés et j’ai même trouvé que Louise avaient pas mal de contradictions. Déjà, elle travaille dans une boutique ésotérique sans y croire et c’est quelque chose qui m’a pas mal surprise. [Bon moi je crois en la lithothérapie donc forcément je préfère que mes vendeurs y croient aussi. Sinon, comment être bien conseillé?  Pour moi, cela en dit quand même pas mal sur la nature des gens. Je ne me vois pas vendre des livres si je déteste lire vous voyez? Sinon je passerais mes journées à mentir aux clients ou à mes usagers (puisque je travaille en bibliothèque) !] Et avec Louise, j’ai été mal à l’aise suite à cela. J’ai également trouvé certains de ses comportements peu logiques : aller vers une zone de danger alors que tu es morte de peur et que deux secondes avant tu ne pensais qu’à fuir, prétendre être timide et quasiment sauter sur un mec que tu ne connais presque pas, ou alors, ne pas vouloir du Souffle et finalement le garder quand une occasion te permet de t’en débarrasser – et en plus elle pète un plomb quand on lui propose de la libérer de ce don – …. Mouais… BOF !

En plus du caractère de Louise que je n’ai pas apprécié, j’ai également trouvé que sa relation avec Angus avait démarré avec… rien ! Ils ne se connaissaient pratiquement pas et n’ont pas eu beaucoup – quand on regarde bien – d’occasion de véritablement interagir ensemble… Je ne sais pas. Pour moi, il manque pas mal de choses pour que les deux puissent véritablement devenir proches et créer un lien, et j’ai trouvé qu’avec le découpage de l’histoire, ils n’ont pas eu trop de place pour s’exprimer véritablement. Du coup, j’attends vraiment de voir si avec le tome deux les personnages deviendront plus intéressants.

Oui, vous vous souvenez Angus et son tic verbal?… Bah comme c’est la seule chose que j’ai vraiment retenue de lui, je n’en parlerai pas plus.

Vous l’aurez compris, malgré l’engouement général – que je n’ai une fois de plus pas compris –  j’ai été déçue par ce roman. J’ai une sensation de vide quand j’y repense, tellement je trouve que certaines choses sont expédiées et d’autres trop développées. Le découpage ne m’a pas convaincue du tout et j’ai un problème avec certains « effets de style » présents dans ce tome. Cependant, je dois reconnaître que la fin est hyper frustrante et donne envie de lire la suite, mais je regrette vraiment que les personnages ne soient pas plus développés et attachants et que l’on soit juste dans une introduction.

Voilà pour ce qui est de mon avis. Je sais qu’il ne plaira pas forcément à tout le monde, mais tant pis. Ce n’est pas parce qu’un livre est encensé par la majorité qu’il est forcément bon. Dans mon cas, j’ai lu bien meilleur et je suis vraiment surprise d’avoir été autant déçue. A croire que mes attentes étaient très élevées ! Un avis?

Prenez soin de vous.

Ce roman est nominé au Prix littéraire de l’imaginaire 2018 : #PLIB2018

One thought on “Chroniques homérides T.1 – Le souffle de Midas d’Alisson Germain #PLIB2018

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.