Le passageur T.1 – Le coq et l’enfant d’Andoryss

Titre : Le passageur T.1 – Le coq et l’enfant

Auteur : Andoryss

Maison d’éditions : Lynks

Genre : fantastique

Date de parution : 16 mai 2018

Dates de lecture :  du 12 au 13 juillet 2018

Nombre de pages : 283

Prix : 15.90€

ISBN : 979-1097434151

***

Le résumé :

Matéo n’aurait jamais dû hériter du don de sa mère.
Il n’aurait jamais dû entendre les pleurs des fantômes.
Désormais, il n’a d’autre choix qu’accepter son héritage… ou sombrer dans la folie !

C’est au temps de la Commune, au milieu des horreurs de la semaine sanglante, qu’il débute son apprentissage…

Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

Mon avis :

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu une histoire de fantômes. Après la lecture du Passageur, je me demande bien pourquoi j’ai tant attendu pour m’y remettre. J’ai littéralement dévoré ce roman, au point de ne dormir qu’une petite poignée d’heure la nuit, ce qui ne m’est pas arrivé depuis un moment !

Ce livre fait partie de cette catégorie d’ouvrages que tu commences et dès les premières lignes la magie opère. Avec cette histoire, j’ai tout de suite senti que j’allais passer un bon moment. J’ai accroché avec Matéo tout de suite, ainsi qu’avec la plume de l’auteure et l’histoire en général.

L’écriture de l’auteure m’a tout de suite intriguée et charmée. Il y avait une certaine musique dans les mots, je ne sais pas trop comment l’expliquer… Le rythme était bien dosé, entre action et description, et les révélations sont tombées durant toute la lecture. Si j’ai deviné quelques éléments de l’histoire, je me suis quand même longtemps demandée qu’elle serait la fin de ce premier tome et comment le héros allait s’en sortir. J’ai également adoré les passages descriptifs – sa manière de nous montrer Paris, magique et tellement vraie ! – qui été tout aussi intéressants et riches en émotions que l’étaient les dialogues.

Etre dans la tête de Matéo était également très prenant. La personnalité créée par Andoryss ne pouvait pas me laisser indifférente et elle m’a embarquée dès les premiers mots. Les personnages sont bien construits et développés, attachants ou antipathiques selon le bon vouloir de l’auteure. Matéo est un garçon qui se perçoit comme quelqu’un de faible, mais que j’ai trouvé très courageux et généreux malgré une situation familiale assez dramatique (une maman décédée il y a très longtemps et un père plein de haine). Soucieux du bien-être des siens, il fait le maximum pour aider son frère aîné et sa petite sœur, et pour ne pas être une charge supplémentaire. Dans ce sens, il cache son mal-être et les problèmes qu’ils rencontrent au lycée, car malgré le fait qu’il soit un élève modèle ayant de très bonnes notes, les gens s’arrêtent à ses origines. Il est ainsi devenu au fil des ans le souffre douleur des autres lycéens et d’une partie du corps enseignant.

Sous couvert du fantastique, l’auteure a, grâce à cette histoire, dénoncé le sort réservés aux personnes venant des pays de l’Est. En effet, Matéo est un membre de la communauté des Sinté, un groupe ethnique tzigane.  Bien que sédentarisé lui et les siens et ne faisant pas d’histoire, ses origines lui collent à la peau et lui attirent un tas d’ennuis malgré lui. Les gens qu’ils croisent ne voient en lui qu’un « Rom » et ne cherchent pas plus loin. Ces passages dans le roman étaient très touchants, d’autant qu’ils illustrent, malheureusement, une réalité. En dehors du fait que les origines tziganes servent l’intrigue, j’ai trouvé cela super que l’auteure ait choisi de mettre en avant cette culture très méconnue et dénigrée. C’était une belle occasion de faire passer un message tout en tirant parti des légendes et des pratiques de ce peuple. Cela a donné beaucoup d’originalité à l’histoire, car la légende du « passageur » vient directement des croyances de cette population. Cela a conféré au récit beaucoup de mystère et de suspense, car j’avançais en terrain très peu connu. C’était rafraîchissant.

De plus, on sent qu’Andoryss a vraiment travaillé son sujet. Je n’ai ressenti sensation de vide qui aurait pu laisser penser qu’il manquait des éléments d’explication pour l’intrigue, et le texte comprenait pas mal de termes romani qui désignaient le monde des esprits. L’auteure a également fait preuve de beaucoup de précision et de réalisme dans sa manière d’aborder l’histoire. Oui nous sommes dans du fantastique jeunesse, mais la dimension historique que comprend le roman ne peut être niée, puisque l’auteure place une partie de son intrigue dans le contexte de la Commune de Paris, une période très triste et très violente de l’Histoire de France. Les amateurs d’histoire comme moi seront donc ravis par cet aspect du livre, et pour ceux qui seraient plus fébriles, ne vous inquiétez pas ! Nous sommes très loin des récits pompeux et indigestes, qui peuvent être le propre des romans historiques. C’est réaliste, mais entraînant et cela permet de découvrir une période historique pas si connue que cela – C’est tellement pas glorieux en même temps… Le gouvernement ne doit pas s’en venter ! -.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman pour de multiples raisons. Pour moi, Andoryss possède l’art et la manière de raconter et de raconter intelligemment. La forme et belle et le fond permet de faire passer des messages et de montrer des réalités peu reluisantes, le tout en nous proposent une histoire bien développée, une bonne intrigue et des personnages hyper attachants. Vraiment, bravo. J’en redemande et je recommande !

Prenez  soin de vous.

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.