Les héritiers T.4 – Le prince déchu d’Erin Watt

Titre : Les héritiers T.4 – Le prince déchu

Auteur : Erin Watt

Maison d’éditions : Hugo roman, « New Romance »

Genres : romance contemporaine, romance, new romance

Date de parution : 5 avril 2018

Dates de lecture : du 8 au 10 mai 2018

Nombre de pages : 380

Prix : 17€

ISBN : 978-2755637014

***

Le résumé :

Easton Royal a tout pour lui : la beauté physique, l’argent, l’intelligence. Son but dans la vie, c’est de s’amuser autant que possible. Il ne pense jamais aux conséquences de ses actes.

Mais quand Hartley Wright fait son apparition, elle bouscule la vie tranquille d’Easton. Malgré le fait qu’elle soit très attirée par Easton, elle est celle qui lui dira non. Easton ne la comprend pas et, forcément, il n’en est que plus attiré.

Hartley veut qu’il grandisse et, en attendant elle ne veut pas de lui.

Elle a probablement raison. Rivalité. Règles. Regrets. Pour la première fois dans la vie d’Easton, être un Royal ne suffit pas. Il est sur le point d’apprendre que plus on part de haut, plus dur est la chute.

Lire la chronique sur le tome 1.

Lire la chronique sur le tome 2.

Voir le point lecture avec l’avis sur le tome 3.

Mon avis :

Comme vous le savez, cette saga est un de mes péchés mignons. Je l’aime beaucoup et j’ai développé une affection pour les personnages de cette histoire, aussi bien envers Ella qu’envers la fratrie Royal. Tous les tomes n’étaient forcément au même niveau, de mon point de vue, mais j’ai beaucoup apprécié depuis-ci car il permet d’en apprendre plus sur Easton, le troisième frère Royal.

C’est un personnage que j’appréciais beaucoup mais qui m’avait un peu déçue dans le tome précédent. De ce fait,  j’avais hâte d’en savoir plus sur lui, mais j’avais également peur de ce que j’allais découvrir, vu la tournure dans La prison dorée.

Au final, j’ai été très contente de retrouver cet univers et les personnages, même si Reed m’a un peu manqué. Être dans la tête d’Easton était nécessaire afin de mieux comprendre le personnage et ses réactions passées et cela m’a permis de « renouer » avec cette personnalité qui m’avait déçue.

Sa rencontre avec Hartley va progressivement le changer et le faire revenir dans le droit chemin. On aussi apprend quelles sont ses ambitions, ses souhaits pour plus tard – car oui, mine de rien il en a ! – et ses passions. Si au départ il pouvait apparaître assez lisse, juste bon a être le frère sympa mais qui part en vrille, être dans sa tête permet de voir qu’Easton est plus que cela.

J’ai également apprécie Hartley, une demoiselle qui détonne de la même manière qu’Ella détonnait dans le paysage d’Astor Park. C’est une fille intelligente, gentille et qui cherche à se faire la plus discrète possible, pour une raison qui la regarde. Face à cette attitude désintéressée, Easton va perdre pied et être de plus en plus intriguée par la jeune fille, au point que cela va presque devenir une obsession.

Pour moi, ce personnage féminin correspond exactement à ce dont a besoin Easton, une personne distante qui ne s’aplatit pas comme une crêpe face à lui. Notre héros est donc un peu malmené dans ce tome-ci et Hartley sert de déclencheur et permet pas mal de prises de conscience. La dynamique change un peu par rapport aux tomes précédents, et j’ai aimé le fait que Hartley  ne tombe pas toute cuite dans l’assiette d’Easton, car oui, ce dernier n’est pas sorti de l’auberge !

Pour finir, il reste la fin. La surprise a été totale et je ne m’attendais pas du tout à un tel final. Du coup, j’avais une énorme envie de lire la suite – par bonheur, je n’ai pas eu à attendre très longtemps ! -. Une fois encore, Erin Watt a tapé fort en nous proposant un énième cliffhanger de dingue ! Le dernier tome de la saga promet – et je confirme – d’être très différent des tomes précédents, beaucoup plus grave.

J’espère que vous vous laisserez convaincre par l’histoire d’Easton !

Prenez soin de vous.

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.