Dust Bowl de Fabien Fernandez

 

Titre : Dust Bowl

Auteur : Fabien Fernadez

Maison d’éditions : éditions Lynks

Genres : Historique, Fantastique

Date de parution : 29 mars 2018

Dates de lecture : du 19 au 28 mai 2018

Nombre de pages : 263

Prix : 15,90€

ISBN : 979-1097434113

***

Le résumé :

Oklahoma, avril 1935. Témoin impuissant du meurtre de son père, Kush fuit la demeure familiale en proie aux flammes. En quête de justice et de vérité, le jeune Forgeron découvre l’existence d’un complot  qui pourrait bien changer l’histoire du pays. Déterminé à s’opposer aux plans des Alchimistes, l’ordre occulte responsable de la mort de son père et de celle de nombreux mages Forgerons à travers les siècles, l’adolescent traverse le pays ravagé par le Dust Bowl, tempêtes de poussières dévastatrices nées par la faute des hommes. Au cours de son périple, Kush croise Ruben, un étrange golem, un inquiétant groupe de forains et Alexandria, tireuse de cartes, dont il tombe éperdument amoureux…

Mon avis :

Quand on m’a proposée de recevoir ce roman, j’ai été tout de suite séduite par la couverture. Indépendamment de la ligne éditoriale choisie pour cette maison d’éditions, qui propose beaucoup de textes engagés, je trouve qu’ils font du très bon travail en termes de mise en page, et autre choix techniques. Je découvre tout juste leurs romans, mais les deux que je possède sont très bien finis – oui, je suis une lectrice superficielle qui ne peut rester insensible face à un beau bouquin. Osez dire que vous n’êtes pas pareil !. 

Venons-en au vif du sujet, le récit en lui-même. J’ai passé un moment agréable en compagnie des personnages. Je trouve que Fabien Fernandez a très bien mis en place le cadre de son histoire, à savoir, les Etats-Unis dans les années 1930. Cela change de ce que j’ai l’habitude de voir, quand je lis du fantastique et j’ai adoré. Etant fascinée par l’Histoire, je me suis complètement retrouvée dans ce contexte d’entre-deux guerres.

J’ai également adoré Kush et Ruben. kush, notre héros, est un jeune homme qui porte en lui un très lourd secret qui menace sa vie depuis toujours, puisqu’il est le dernier Forgeron et détient le pouvoir du feu. Orphelin de mère, il perd son père dès le début du roman – ce n’est pas un spoil, je vous rassure – et va devoir évoluer dans un monde très dangereux et en pleine mutation, afin d’atteindre ses objectifs. Sur sa route, il rencontre Ruben, une créature étrange, mais non moins touchante, qui va l’aider dans sa quête.

Les deux personnages étaient attachants chacun à leur manière, malgré le fait que le roman soit très court. C’est quelque chose que j’ai beaucoup apprécié, car il a été très facile pour moi de me mettre à la place de ce jeune héros. Pour Ruben, cela a été moins évident à cause de sa nature, mais on finit malgré tout par l’aimer et son évolution attire la sympathie.

Hormis l’univers et les personnages, j’ai adoré le fait que l’auteur utilise son histoire pour sensibiliser le lecteur concernant la question de la pollution. C’est un récit qui fait beaucoup réfléchir, en dehors de la simple fiction et c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup et qui apporte une profondeur supplémentaire à Dust Bowl.

Par contre, certains points présents dans cette histoire m’ont « moins plu ». En effet, je dois avouer que j’ai eu quelques difficultés à appréhender certains termes et tournures de phrase que l’auteur utilise, notamment au début du livre. Fabien Fernandez a recours à pas mal de termes assez techniques pour expliquer le don de Kush et si on n’est pas habitué à lire des romans sur l’alchimie ou la magie, il faut un temps d’adaptation. Heureusement pour moi, je n’ai plus eu ce souci là, une fois le premier tiers du livre lu et j’ai pu progresser plus rapidement dans ma lecture.

Le dernier aspect qui m’a dérangée – quelque chose qui revient souvent chez moi si vous me suivez depuis un moment – c’est le rythme de l’histoire. Le roman étant très court, je m’attendais à ce que l’histoire soit, par moment, plus dynamique. Par exemple, j’ai trouvé la partie où Kush et Ruben voyagent avec les forains assez longue. Je ne m’attendais pas à ce que ce pan de l’histoire prenne autant de pages, vu la taille du roman, surtout qu’après les choses s’enchaînent très vite, trop vite. La résolution finale est également très rapide et j’aurais  aimé que l’auteur prenne plus le temps pour la développer. De la même manière, j’ai eu du mal à comprendre la relation qui est née entre Kush et Alexandria, vu le peu de temps qui leur a été accordé pour faire connaissance et le peu d’échanges qu’il y a eu entre eux.

Au final, j’ai vraiment apprécié l’univers, les personnages et les messages. C’est une lecture qui ne laisse pas indifférent et dans laquelle se mêlent parfaitement l’Histoire et la fiction et le fantastique !.  Cependant, j’en voulais beaucoup plus et le roman était, pour moi, beaucoup trop court. J’aurais aimé que certaines choses soient beaucoup plus développées, que l’on puisse voir certains personnages plus longtemps…. Quitte à faire une duologie,  j’aurais signé direct ! Malgré cela, si le résumé vous tente, je ne peux que vous recommande cette lecture, cette histoire pleine d’intelligence.

*Je suis quelqu’un qui aime trop entrer dans le détail en fait… Cela me perdra !*

Prenez soin de vous.

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.