Madame de Caroll Beaudroit

 

 

Titre : Madame

Auteur : Caroll Beaudroit

Maison d’éditions : Fauves éditions

Genres : comédie romantique, chick lit, romance

Date de parution : 26 avril 2018

Dates de lecture : du 29 avril au 4 mai 2018

Nombre de pages : 202

Prix : 16€

ISBN : 979-10-302-0090-4

***

Le résumé :

Elodie est couturière dans un pressing. Timide et mal dans sa peau, elle partage sa vie avec Mario qui lui préfère ses potes et les jeux vidéo. En dépit des humiliations quotidiennes, elle ne parvient pas à le quitter. 
Alors, lorsqu’elle surprend une cliente, Barbara – belle quadra, sûre d’elle et ne laissant pas les hommes indifférents – tenant un homme en laisse à l’entrée d’un club fétichiste, Elodie est convaincue que devenir dominatrice lui redonnera confiance en elle et lui permettra de mettre un terme à cette relation sans intérêt. 
Mais on ne s’improvise pas Maîtresse en un claquement de fouet, et son apprentissage va s’avérer… plutôt cocasse !

– Tiens, ça c’est ce que tu dois apprendre, je t’ai fait une petite liste des ordres, des positions, enfin tu verras… On se retrouve vendredi soir, chez toi, pour une répétition ?
– Waouh, c’est du sérieux. Et je dois t’appeler Maîtresse ?
– Ben… oui !

***

Mon avis :

Quand j’ai lu le résumé de ce roman, j’ai tout de suite été emballée. Le texte promettait humour, situations ridicules et la mise en scène d’un univers qui m’est complètement inconnu et qui m’intrigue sans pour autant m’attirer, le BDSM (pratiques sexuelles et mode de vie impliquant : Bondage, Domination – Discipline, Soumission – Sadisme, Masochisme). Je suis ouverte aux goûts de tous, même si je ne les partage pas, et j’aime comprendre les choses. Aussi, je me suis dit  » Et pourquoi pas? L’auteure l’a tellement bien vendu et en plus ça a l’air d’être une histoire hyper drôle ! ».

Maintenant que j’ai lu ce roman, je peux dire que j’ai été contente de tenter. J’ai passé un bon moment et j’ai appris certaines choses.

Côté humour, un aspect qui est beaucoup mis en avant dans le résumé, je dois avouer que je m’attendais à plus. Certes, au début du livre on lit plusieurs passages assez tordants ( et quelque chose à la fin est aussi très drôle, même si j’avais quand même mal pour Elodie), mais l’humour s’efface à partir du moment où l’héroïne commence à évoluer véritablement dans le milieu du BDSM. Avant qu’elle n’entame vraiment son initiation, c’était hyper drôle car elle faisait plein de gaffes et parce que le rôle de dominatrice était très éloignée de sa personnalité.

Après, pour ce qui est du BDSM, n’étant pas une adepte, je ne pourrais pas dire si l’auteure a exagéré les choses, ou si cela se passe véritablement comme cela, mais j’ai quand même retenue quelques petites choses qui me semblaient pertinentes, notamment les raisons qui poussent certaines personnes à se lancer dans ces pratiques – encore une fois, aucun jugement de ma part, chacun fait ce qu’il veut et c’est très bien comme ça ^^. Donc si vous avez lu Madame et que vous êtes connaisseur, n’hésitez pas à me dire si l’auteure a caricaturé la chose ou pas !

Pour ce qui est du style, j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure, qui était très accessible et facile à lire. Je lis assez peu de roman au présent (prise de conscience tardive !) et même si j’ai relevé le changement, je n’ai pas été gênée !

Le livre est très court et mêlé à l’écriture, l’histoire se lit à toute vitesse. C’est à la fois une force et une faiblesse, car Caroll Beaudroit fait beaucoup d’ellipses narratives, de sorte que pas mal de moments dans la vie d’Elodie (l’histoire se déroule sur plusieurs mois), entre le début et la fin du livre, ne sont pas présentés. Pour moi, on n’en voit pas assez, à la fois sur l’évolution du personnage principal, mais également sur tout l’univers du BDSM. On reste en surface, car on ne voit pas tout l’apprentissage d’Élodie, ni son cheminement complet vers « Madame » (son « nom de scène »). C’est donc difficile de comprendre en quoi elle est devenue une star dans le milieu.

Du coup, je me suis détachée de l’héroïne petit à petit. Au début, c’était  une demoiselle que j’appréciais beaucoup, assez effacée, qui se laisse marcher sur les pieds et très généreuse, puis on la voit s’embourber et se perdre, avec cette envie de toujours plus dominer, sans que l’on ait forcément toutes les cartes en main pour bien comprendre comment elle en arrive là. Elodie devient quelqu’un de complètement différent, un type de personne que j’ai du mal à cerner et avec qui j’ai perdu le feeling. Heureusement elle revient à elle à la fin du livre – je ne vous dis pas comment – et cela sauve l’ensemble, mais elle devient quelqu’un de tellement différent en peu de temps (impression de rapidité avec les ellipses etc.) que cela m’a fait bizarre.

Au final, j’ai passé un bon moment et cette lecture était très fraîche. La plume de l’auteure était agréable à lire et j’ai englouti les pages très vite. Cependant, je regrette le fait que l’on reste en surface concernant le BDSM ( le contenu de la « formation » d’Elodie en gros) et que les ellipses narratives nous aient éloigné un peu de l’héroïne et nous aient caché une partie de son évolution. Cependant, si vous êtes intrigué par le BDSM, c’est un bon moyen de comprendre comment des gens peuvent en venir à adhérer à ces pratiques et de comprendre les bases.

 

Prenez soin de vous.

Me laisser un petit mot ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.