Les héritiers de Sorsha – L’intégrale de Nora Roberts

Titre : Les héritiers de Sorcha – L’intégrale

Auteur : Nora Roberts

Maison d’éditions : J’ai lu, Semi-poche

Date de parution : 3 janvier 2018

Dates de lecture : du 15 au 28  janvier 2018

Genres : romance, fantastique

Nombre de pages : 1116

Prix : 16€

ISBN : 978-2290157343

***

Le résumé :

Lorsque lona Sheehan vient s’installer dans le comté de Mayo, en Irlande, elle rencontre ses cousins Branna et Connor O’Dwyer. Tout comme elle, ils descendent de Sorcha la Ténébreuse, une sorcière dotée d’un immense pouvoir. Unis par le secret de l’héritage que cette dernière leur a légué, lona, Branna et Connor ne renoncent toutefois pas à mener une vie normale. Tandis que chacun rencontre l’âme sœur, l’ombre d’un être diabolique les rattrape. L’amour les délivrera-t-il d’une malédiction millénaire ?

Mon avis :

Merci à Myriam et J’ai lu pour l’envoi de ce roman !

Je n’ai pas l’habitude de retrouver Nora Roberts dans le genre fantastique. Aussi, j’étais curieuse de découvrir cette intégrale, d’autant que je ne lis pas assez d’histoire sur les sorcières.

Après lecture des Héritiers de Sorcha, je dois dire que je suis assez mitigée. La lecture n’a pas été déplaisante en soi et je me suis prise d’affection pour tous les personnages, cependant il m’a manqué quelque chose.

Je suis contente d’avoir lu cette intégrale plutôt que les tomes séparés car, pour moi, malheureusement les trois tomes qui constituent la saga ne se suffisent pas du tout à eux seuls, puisque les deux premiers ne font que préparer le terrain en vue de l’affrontement final, entre nos héros et Cabhan. De ce fait, on s’est d’avance qu’Iona, Branna, Connor et leurs compagnons vont échouer dans les deux premiers tomes, car le schéma se répète jusqu’à la fin.  C’était très frustrant et cela a rendu la lecture un peu plus laborieuse, malgré mon attachement pour les personnages.

Du coup, savoir ce qui allait se passer était assez décourageant et c’est pour cela que la lecture a été aussi longue (quinze jours !), alors qu’en soi le style de Nora Roberts est très facile et rapide à lire et que la lecture aurait pu être terminée en un peu moins d’une semaine.

En fait, durant toute mon avancée dans l’histoire, j’ai eu l’impression que les pages qui défilées étaient simplement écrites afin de former des couples, puisque j’ai trouvé les explications concernant la magie et son fonctionnement un peu légères.

D’ailleurs, et étrangement, j’ai également trouvé que l’évolution des relations entre les personnages et la formation des couples étaient rapides, que l’auteure était restée en surface. En effet, la rapidité avec laquelle Iona est tombée amoureuse de Boyle m’ont frappée car, selon moi, rien ne justifiait tant d’affection en s’y peu de temps. J’ai également trouvé que Connor et Meara se mettaient ensemble de façon assez abrupte alors qu’ils se connaissaient depuis l’enfance et que rien ne laissait présager une relation amoureuse. Le couple apparaît tel un cheveu sur la soupe et Le seul couple dont l’évolution apparaît logique est celui de Branna et Finbar, car ils s’aimaient depuis des années malgré leurs origines.

Après, malgré tous ces points qui m’ont gênée pendant ma lecture, je ne peux nier le fait qu’une affection s’est installée. A force de suivre les personnages dans leur quotidien, on en vient a les apprécier et même à avoir l’impression de faire partie du groupe. C’est une sensation que je trouve agréable et qui immerge complètement le lecteur.

Au final, la lecture a été agréable car j’ai beaucoup aimé les personnages et que j’étais complètement absorbée dans ma lecture grâce à la découverte du quotidien des trois couples. Cependant, pas mal de choses ont fait que cette lecture n’a pas dépassée le stade de « agréable », puisque le schéma se répète inlassablement jusqu’au dénouement du tome trois et parce que certaines relations amoureuses semblent un peu trop superficielles, trop soudaines. Du coup, on perd une part de réalisme et de surprise.

Et vous? Avez-vous lu Nora Roberts.

Me laisser un petit mot ?