Covenant T.1 – Sang-mêlé et T.0,5 – Démon de Jennifer L. Armentrout

Titre : Covenant T.1 – Sang-mêlé et 0,5 – Démon

Auteur : Jennifer L. Armentrout

Maison d’éditions : J’ai lu, collection semi-poche

Date de parution : 11 octobre 2017

Dates de lecture : 6 novembre 2017

Genres : Fantastique, Young Adult

Nombres de pages : 477

Prix : 13€

ISBN : 978-2290078839

***

Le résumé :

Sur une île au large de la Caroline du Nord vivent les hematoï, des individus au sang pur et aux pouvoirs divins capables de maîtriser les quatre éléments. Ceux dont la lignée a connu un métissage sont contraints de choisir leur destin : intégrer le corps des Sentinelles du Covenant pour chasser les démons, leurs ennemis originels, ou être réduits à la servitude.

De retour depuis peu au Covenant pour des raisons qui lui appartiennent, Alexandria n’a pas le choix : fille d’une hématoï et d’un simple mortel, elle se doit de réussir l’examen lui permettant de devenir Sentinelle. L’institution applique une discipline de fer, et les relations entre les sang-pur et les sang-mêlé sont formellement interdites, sous peine d’exclusion, ou pire. Une règle qui pourrait être simple si Aiden, un sang-pur aux yeux couleur d’orage qu’Alex convoite depuis toujours, n’avait pas été désigné comme son entraîneur personnel…

Mon avis :

Un grand merci à Myriam et la maison d’éditions J’ai lu pour l’envoi de ce roman. Je l’attendais avec une telle impatience !

J’ai découvert l’auteure avec sa célèbre saga young adult fantastique Lux. Cette histoire a marqué ma vie de lectrice, tellement je l’avais adoré à l’époque. L’aventure Lux étant terminée depuis une poignée de mois en France, la nouvelle saga signée Jennifer L. Armentrout faisait partie des romans que j’attendais le plus pour cette fin d’année.

Si ce premier tome n’a pas été le même coup de cœur que pour Obsidienne, il n’empêche que j’ai passé un très bon moment de lecture. J’ai retrouvé la plume de l’auteure avec grand plaisir et, une fois encore, elle nous propose une toile de fond assez originale pour son histoire. En effet, Jennifer L. Armentrout revisite cette fois-ci la mythologie, avec la création et la mise en scène des hématoï, une race issue des dieux et possédant de grands pouvoirs. On pourrait parler de demi-dieux ou de héros grecs ou romains, mais les hématoï sont un peu plus que cela. J’ai beaucoup aimé ce concept des enfants des dieux revisité. On voit beaucoup cette thématique dans la littérature, mais l’auteure y apporte sa petite touche personnelle. Si on en apprend juste ce qu’il faut sur l’univers dans ce tome, j’espère que l’on pourra en découvrir encore plus dans le second opus afin de pouvoir observer le monde des hématoï de façon plus profonde. Comme l’héroïne évolue en terre connue, le lecteur n’en sait pas autant que si le personnage avait dû tout apprendre de ce nouveau monde.

Malgré le fait que le l’univers des hématoï ne soit pas profondément expliqué, l’auteure a pris le temps de mettre en place son monde de façon a ce qu’on en comprenne le fonctionnement général et juste ce qu’il fallait savoir à ce stade de l’histoire. On sent que Jennifer L. Armentrout nous dévoilera d’autres secrets en temps et en heure et j’en suis impatiente ! De ce fait, le rythme d’une grande partie de ce tome un est assez lent, afin que le cadre soit posé. Heureusement, je n’ai pas ressenti de lenteur et ne me suis pas ennuyée à la lecture de ces pages, d’autant que les choses se sont très rapidement accélérées ensuite.

En effet, passé un tiers du livre, je trouve que tout s’est enchaîné. Le rythme est devenu plus soutenu et il a été difficile de lâcher le livre durant cette phase. Cependant, cette rapidité a eu un désavantage car, à mon goût, l’auteure est passée trop vite sur certains éléments. J’ai trouvé que l’action et l’affrontement final  étaient beaucoup trop faciles et trop rapidement énoncés. J’ai été assez frustrée à ce niveau là car j’en attendais un peu plus. C’est ce point qui fait que, pour moi, ce tome un est clairement introductif.

Même si il se lit très bien, il ne se suffit pas du tout à lui-même et une suite est clairement nécessaire. Je trouve cela un peu dommage car, de mon point de vue, chaque livre est une œuvre à part entière. Il fait partie d’un tout parfois (trilogie, duologie, saga…), mais il est avant tout une unité propre qui doit exister pour elle-même. Ici, je trouve que l’ensemble manque un peu d’équilibre et que le lecteur ne fait qu’effleurer, sur certains aspects, l’histoire. Plein de choses sont en suspend, ce qui est normal pour une saga, mais la partie action et résolution sont un peu trop légères pour que j’arrive à considérer ce premier livre comme un ensemble complet.

Concernant l’aspect formel du texte, j’ai également était surprise par certains procédés. En effet, je n’ai pas compris l’intérêt de séparer Démon, le prequel, de Sang-mêlé, le premier tome de Covenant. Pour moi, Démon aurait du être le début de Sang-mêlé car, sans lui, le début du tome un semble rapide et un peu étrange. Pour le coup, je n’ai pas vraiment compris l’auteure ni l’intérêt à séparer les deux textes car Démon est essentiel, selon moi, pour bien comprendre Alexandria. Je ne sais pas si ceux qui ont également lu Covenant pensent de la même manière, mais n’hésitez pas à vous manifester !

Ensuite, je ne peux pas ne pas mentionner les personnages. J’ai vraiment beaucoup aimé l’héroïne Alexandria. C’est une personnalité comme j’en croise assez rarement dans mes lectures, très « badass » et bagarreuse, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui n’hésite pas à jouer des poings. J’ai apprécié ce petit bout de femme. Impulsive, elle cogne avant et réfléchit ensuite. Cela fait plaisir de croiser ce genre de personnalité de temps en temps  en littérature.

Pour ce qui est du personnage masculin, Aiden, on ne peut pas ne pas l’aimer. Il concentre à lui tout seul tous les traits de caractères que l’on affectionnent tant : beau, mystérieux, inaccessible, intelligent, puissant… C’est une combinaison que l’on rencontre très souvent, mais qui fonctionne toujours autant. J’aurais adoré l’avoir comme professeur. Alexandria a bien de la chance ! De ce qu’on voit d’Aiden, j’ai vraiment hâte que le personnage se dévoile davantage dans les prochains tomes.

Au final, malgré le côté assez introductif de ce premier opus et le manque de profondeurs sur certains aspects de l’histoire, Jennifer L. Armentrout nous propose quelque chose qui fonctionne très bien. Si le schéma apparaît comme étant un peu classique et que l’on retrouve certains lieux communs, le personnage d’Alexandria et la thématique des hématoï sont deux éléments qui ont fait que j’ai vraiment accroché avec cette nouvelle saga. Comme d’habitude, l’auteure possède le don de faire naître et d’entretenir l’addiction chez le lecteur.

Et vous, avez-vous déjà lu Jennifer L. Armentrout? C’est une auteure très éclectique qui propose des histoires dans ma mal de genres. Parmi sa bibliographie, il y a obligatoirement un livre fait pour vous !

Prenez soin de vous.

Me laisser un petit mot ?