Slow Burn T.1 – Protège-moi de Maya Banks

 

 

Titre : Slow Burn T.1 – Protège-moi

Auteur : Maya Banks

Maison d’éditions : J’ai lu, collection « Best »

Genres : Thriller, romance, fantastique, suspence

Date de parution : 18/10/2017

Dates de lecture : du 24 au 25 septembre 2017

Nombre de pages : 320

Prix : 7,4€

***

Le résumé :

Lorsque Tori, la sœur de Caleb Devereaux, est enlevée, ce dernier sollicite l’aide de Ramie St Claire, une jeune femme dont la sensibilité lui permet de se connecter aux victimes pour les localiser. Malheureusement, ce don a un prix, et la séance tourne au cauchemar pour la voyante.

Plein de remords pour le tort qu’il a causé, Caleb aimerait pouvoir se racheter. L’occasion lui est donnée le jour où Ramie lui passe un coup de fil désespéré : sa vie est devenue un enfer, et le danger qu’elle encourt n’est pas sans lien avec leur entrevue ! Dès lors, Caleb risquera tout pour la protéger, y compris son cœur…

Mon avis :

Je remercie vivement Myriam et J’ai lu pour elle pour l’envoi de ce roman.

Alors comme le dit ma note, je n’ai pas vraiment apprécié cette lecture. Je trouve l’idée de base excellente, mais que l’auteure n’a pas su tirer parti des éléments qu’elle s’était mise à disposition – je reviendrai dessus plus tard -, ce qui est vraiment dommage.

La première chose qui m’a frappée durant ma lecture et qui a été le point de départ de tout, c’est la traduction. Il y avait vraiment beaucoup de répétitions dans le récit et c’est quelque chose qui m’a pas mal agacée. Je pense que le problème vient de la traduction, car j’ai lu d’autres livres de l’auteure, notamment ses romances historiques, dans lesquels je n’ai pas rencontré ce souci.

Cependant, elle n’est pas la seule responsable. En effet, j’ai trouvé que les trois quarts – facile ! – du récit était constitués de monologues à rallonge et de dialogues qui se répètent. Non seulement, cela a rendu la lecture plus laborieuse, mais en plus cela a fait que les personnages ont fini par me sortir par les yeux. Durant ces phases, Ramie se questionne, doute sans cesse et ressasse les mêmes pensées car elle pense être responsable de toute la misère du monde, ou presque. Et quand c’est Caleb qui s’y met, les mêmes idées tournent en boucle  : Ramie est la petite chose fragile et toute gentille (trop douée, trop douce, trop parfaite) à protéger à tout prix et seul Caleb, l’homme fort, constitue la solution à tous ses problèmes.

Du coup, on se retrouve face à deux clichés de la littérature et au vieux stéréortypes des genres. Je n’ai rien contre les clichés, car c’est quelque chose qui fonctionne bien. Mais le fait que cela soit mis en avant du début à la fin, avec des réflexions qui ne font rien avancer et qui se répètent, cela amplifie tout et fait déborder la marmite. De plus, sans être féministe, je n’approuve pas cette vision, très amoindrie, de la femme.

Ainsi, j’ai vraiment eu un problème avec les deux protagonistes au fur et à mesure, en lisant les monologues. Je n’ai pas réussi a m’attacher à eux car j’en avais assez de lire leurs réflexions. J’ai également trouvé que leur relation manquait de crédibilité, car l’amour arrive extrêmement vite (genre en une poignée d’heure, si je me souviens bien).

Pour en revenir à la structure du roman, si les monologues et les dialogues donnent lieu à des longueurs et des yeux en l’air, le reste de l’histoire et l’intrigue notamment, sont révélés à vitesse grand V. Le début du livre va extrêmement vite car en quelque pages beaucoup trop de choses bougent. L’histoire et les personnages auraient gagné en consistance si l’auteure avait pris plus de temps pour poser son cadre et expliquer la rencontre.

De la même manière, j’ai trouvé que le dénouement et l’action était beaucoup trop rapides car, en une poignée de page, le tueur est retrouvé et mis KO en deux temps trois mouvements. Tout a été trop facile, alors que l’idée de base, un tueur avec des pouvoirs psychiques, aurait pu donner un thriller haletant, plein de rebondissements et avec des personnalités très complexes. Pour moi, Maya Banks a choisi la facilité, ce qui est très dommage, car ses idées étaient vraiment bonnes mais pas assez exploitées. Je regrette notamment que la nature des médiums ne soit pas expliquée. C’est un aspect de l’histoire qui m’intriguait beaucoup, mais on en apprend assez peu sur l’origine de ce pouvoir.

Au final et malheureusement, les choses sont trop simples, certains passages sont assez « guimauve » – et pourtant j’aime la romance ! – et la fin est beaucoup trop parfaite. Cela plus l’inégalité du rythme d’écriture et dans la disposition des éléments qui constituent le récit, ainsi que la mauvaise traduction et les personnages trop stéréotypés, font que cette lecture a été une déception pour ma part, alors que j’attendais beaucoup de ce premier tome. Vous l’aurez donc compris, la suite se fera sans moi.

Et vous, avez-vous déjà lu Maya Banks? Dites-moi tout !

Prenez soin de vous.

Me laisser un petit mot ?