Les mystères de Larispem T.2 – Les jeux du siècle de Lucie Pierrat-Pajot

Titre : Les mystères de Larispem T.2 – Les jeux du siècle

Auteur : Lucie Pierrat-Pajot

Maison d’éditions : Gallimard jeunesse

Genres : Steampunk, uchronie

Date de parution : 25 mai 2017

Dates de lecture : 27 au 30 septembre 2017

Nombre de pages : 336

Prix : 17€

ISBN : 978-2075081498

***

Le résumé :

À l’aube du XXe siècle, les jeux de Larispem sont lancés ! Carmine, la fougeuse louchébem, Nathanaël, nouvellement apprenti au Cochon Volant, et Liberté, technicienne à la tour Verne, forment l’une des six équipes de ce Jeu de l’oie à échelle humaine. Pendant ce temps, la comtesse Vérité œuvre dans l’ombre pour s’emparer de la Cité-État. L’intrépide trio parviendra-t-il à déjouer ses plans ? Et sauront-ils décoder le Livre de Louis d’Ombreville, qui sucite tant de convoitises ?

Lire la chronique du premier tome. 

Mon avis :

Merci à toi Pauline, pour avoir pimenté ma lecture en mêlant ton expérience à la mienne ! C’était vraiment une chouette aventure que je renouvellerais avec plaisir (pourquoi pas pour le tome 3?) ! 

J’ai lu et chroniqué Le sang jamais n’oublie il y a peu de temps et je me souviens d’une lecture très agréable et assez riche, vu le nombre de pages. Cependant, en repensant à ce premier tome, mon impression est, certes, très bonne, mais je me souviens de ma frustration et de cette sensation, ce goût d’inachevé provoqué à la lecture des dernières lignes.

Ainsi, j’ai démarré cette lecture avec enthousiasme et appétit. J’espérais que l’auteure répondrait à toutes nos questions et élargirait notre vision de son monde et de ses personnages. J’avais donc beaucoup d’attentes concernant cette suite.

Et finalement, je dois dire que je suis assez mitigée. J’ai beaucoup apprécié certaines de choses dans ce tome-ci, mais pas mal d’éléments m’ont agacée et laissée perplexe.

En effet, dans les points que j’ai apprécié, on retrouve le personnage de Nathanael, que j’ai vraiment A-DO-RÉ suivre. Le personnage est très attachant et on en découvre un peu plus sur lui dans ce tome deux, car l’auteure l’exploite davantage. De plus, j’ai trouvé sa relation avec Carmine très attendrissante, même si on sent que l’orage arrive. J’ai également beaucoup aimé la direction que prend le personnage Liberté, une personnalité assez effacée dans le premier tome, qui s’émancipe davantage à la fin du livre. La miss va là où on ne l’attend pas du tout et elle rajoute une dimension très intéressante à l’histoire, dans le genre « tout n’est pas tout blanc ou tout noir ».

J’ai également beaucoup aimé le fait que l’intrigue amène l’auteure a élargir notre champs de vision en nous donnant un aperçu du reste du monde et des relations entre Larispem et l’extérieur (la France notamment).

Cependant, certaines choses m’ont déplu en ce qui concerne Carmine et Liberté. Pour ce qui est de la première, j’ai eu du mal à m’attacher à elle pendant la première moitié du livre, à cause de son caractère très affirmé et froid. J’ai eu envie de la secouer plus d’une fois afin qu’elle fasse preuve d’un peu plus d’humanité. Heureusement, les événements contenus dans le livre font que son caractère va se justifier et la présence de Nathanael amène le personnage à souffler le froid puis le chaud. Malgré tout, même si on comprend son comportement, on n’est pas obligé de l’approuver, n’est-ce pas? (rire)

Pour ce qui est de Liberté, si je l’ai bien aimé dans le tome un et que j’ai excusé son caractère très naïf au début, je dois dire que j’ai été pas mal exaspérée dans ce tome deux par le côté carrément « cruche » du personnage. Oui oui, cruche. A ce stade, ce n’est même plus de la naïveté. Durant les trois quarts du roman, j’ai levé les yeux au ciel pratiquement à chaque fois que Liberté apparaissait, avec sa maladresse, sa timidité et (surtout) sa naïveté. Cet aspect du personnage est assez compliqué à apprécier.

De plus, c’est vraiment dommage que l’auteure ne face pas évoluer Liberté de façon plus progressive car avec elle, une dimension plus sombre et plus grave apparaît dans l’histoire dans la seconde moitié du livre. Il y a quelque chose de très intéressant à exploiter ici, car le personnage ne va vraiment pas là où on l’attend. Le problème est que, si l’idée est hyper intéressante et remet tout en perspective (en jeunesse, c’est toujours top d’assister à ce genre de revirement, mais chut !), l’auteure n’amène les choses de la meilleure façon qui soit. On a l’impression que le personnage change et agit pour des raisons qui sont mauvaises, par manque d’explication et d’approfondissement.

Je suis désolée si vous ne comprenez pas trop de quoi je parle, mais je ne peux pas spoiler cette partie du roman, car c’est celle qui est la plus intéressante pour moi dans ce tome deux.

Enfin, je suis restée perplexe face à la répartition des événements qui composent cette suite et au contenu de ce second opus. Pour moi, l’auteure a eu un peu de difficultés à doser son histoire. En effet, ce roman-ci a vraiment du mal à démarrer et les choses prennent trop de temps à se mettre en place. Au lieu de monter crescendo, l’intrigue se débloque et les choses s’accélèrent d’un coup, comme dans le premier tome. C’est à ce moment là que l’histoire devient véritablement intéressante, mais de rythme assez haché rend la lecture très inégale.

Le second problème concernant l’organisation de l’histoire vient de certains choix de l’auteure. Je n’ai  absolument pas compris pourquoi Lucie Pierrat-pajot a inclus les jeux dans son histoire. Je pense qu‘elle s’est perdue en voulant centrer ce tome sur ces derniers, car je ne leur ai trouvé AU-CU-NE utilité.

En effet, ces jeux prennent beaucoup de place dans le récit, sans que cela ne servent nos héros. Leur fonctionnement est assez brumeux (je n’ai pas tout compris !) et ce que promet la victoire est inintéressant (un tour en dirigeable, ou un truc du genre…). Ainsi, le trio n’avait aucun intérêt à participer à cet événement et car cela encombrait les personnages plus qu’autre chose. Quand venait le moment des épreuves, l’intrigue était mise en suspend, ce qui a cas occasionné pas mal de frustration pour ma part. Les jeux surgissaient au détour d’un page et toujours pile au mauvais moment…

Après, on voit bien que Lucie Pierrat-Pajot possède vraiment de très bonnes idées pour son histoire, mais la manière de les mettre en place n’est pas forcément la meilleure, ce qui est vraiment dommage. Elle s’encombre de pas mal de choses au détriment de l’essentiel et le rythme très inégal de l’histoire faire que le lecteur va être soit dans l’attente de l’action, soit trop sollicité par une avalanche de révélations.

En somme, j’ai énormément d’attentes concernant le contenu du troisième et dernier tome. J’espère que le rythme sera mieux dosé et que les personnages sauront nous surprendre !

Et vous, avez-vous lu Les mystères de Larispem? Dites-moi tout !

Prenez soin de vous.

4 thoughts on “Les mystères de Larispem T.2 – Les jeux du siècle de Lucie Pierrat-Pajot

    1. Coucou ! Ah flute, j’espère ne pas t’avoir spoilée ! >.< Si je t'ai donné envie, tant mieux car le monde de l'autre, c'est quelque chose ! Et oui, ça sera une trilogie ^^ Pas de quoi ahah. Ton banquier ne sera pas d'accord avec toi je pense ^^

        1. Oui, ahah. C’est une race à part. Ils ne comprennent rien à la vie ! Je suis contente alors. J’espère que tu apprécieras cette histoire ! J’attends, malgré mon ressenti pour le tome 2, la suite et fin avec impatience !

Me laisser un petit mot ?