La Passe-Miroir T.3 – La mémoire de Babel de Christelle Dabos

 

Titre : La Passe-Miroir T.3 – La mémoire de Babel

Auteur : Christelle Dabos

Maison d’éditions : Gallimard Jeunesse

Date de parution : 1er juin 2017

Genres : Science-fantasy, fantasy

Nombre de pages : 496

Prix : 18€

ISBN : 978-2075081894

***

Le résumé :

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

Lire la chronique des Fiancés de l’hiver.

Lire la chronique des Disparus du Clairdelune.

Lire mes réponses au tag La Passe-Miroir.

Mon avis :

Vous connaissez très certainement mon amour pour La Passe-Miroir, aussi, je suis plus que ravie de vous donner mon avis sur le troisième et avant-dernier tome de cette saga.

Dans ce troisième opus, nous retrouvons Ophélie deux ans après les événements du tome deux. Mal dans sa peau et seule, elle laisse sa vie défiler sans rien faire jusqu’au jour où l’opportunité de retrouver son époux Thorn surgit. N’écoutant que son amour pour cet homme du Pôle, Ophélie s’embarque dans une joyeuse – pour nous – épopée qui l’amènera jusqu’à l’arche de Babel, très différente du Pôle, mais non moins dangereuse. 

D’habitude, je ne suis pas très fan du fait que l’histoire ne reprenne pas directement là où nous laisse le tome précédent. Pour autant, mon affection pour les personnages et l’univers m’ont fait oublier ces deux ans de vide, d’autant que ce temps était nécessaire pour la suite de l’histoire.

Christelle Dabos nous replonge très vite dans le bain, malgré une apparente passivité, car on retrouve tout de suite les particularités de l’arche Anima et les personnages. Les indices arrivent très vite de sorte que le lecteur n’a pas besoin d’attendre pour que les choses bougent. Ayant lu ce tome trois en lecture commune avec ma meilleure amie, j’ai pu constater de façon plus prononcée à quel point le rythme de l’histoire était bon. Avec Alazaïs, on devait s’attendre tous les cinq chapitres afin de partager nos impressions, et chaque pause était un calvaire d’impatience, car la fin appelé fortement la suite.

J’ai aussi adoré découvrir une nouvelle arche. Babel est très différente d’Anima et du Pôle, d’un point de vue culturel, mais elle possède également son lot de bizarreries et de dangers. J’étais contente que l’on change enfin de cadre et j’avoue que le fait de ne pas découvrir toutes les arches qui constituent le monde de Christelle Dabos est l’un de mes regrets, puisque le tome quatre va clore la série. J’aurais aimé pouvoir explorer davantage cet univers. Sortir d’Anima et du Pôle fait donc plaisir, mais j’espère quand même que l’on verra de nouvelles Arches dans le dernier opus. Affaire à suivre !

L’ambiance de ce tome-ci est également très différente des tomes précédents. J’ai retrouvé un peu cette ambiance « Poudlard » (avec de gros guillemet), puisque Ophélie, afin de découvrir où se cache Thorn, intègre la formation au Mémorial pour pouvoir accéder à la partie réservée aux grands érudits. Afin de pouvoir découvrir la vérité, Ophélie se voit obliger de suivre des cours, de faire ses preuves et de monter les échelons. On retrouve donc cette ambiance d’école, avec les rivaux, les alliés, les messes basses, les bizutages… et les meurtres. Cependant, si j’ai adoré cette ambiance, d’un point de vue global cela confine les personnages et le lecteur dans un environnement assez clos. Du coup, on découvre moins Babel qu’on le voudrait, alors qu’il y a plein de choses à voir.

Pour ce qui est des personnages, on retrouve Ophélie et tous ses amis dans ce tome-ci. Malgré le fait qu’ils ne soient pas tous réunis, le lecteur obtient des nouvelles de tous le monde grâce à la présence de différents points de vue (celui de Victoire, la fille de Berenilde et celui d’Ophélie). C’est quelque chose que j’ai adoré. Cependant, je ne vous dis pas si Thorn fait partie du voyage, cela serait trop facile.

Afin de laisser planer le mystère, je vais donc me concentrer sur le personnage d’Ophélie, qui m’a très agréablement surprise dans ce troisième opus. C’est LA personnalité qui évolue de façon visible dans cette saga, et je pense que ce tome trois marque un grand tournant dans la vie du personnage. Ophélie reste elle-même, mais en même temps, l’héroïne du premier tome nous semble très loin. Elle est la même, mais elle a également beaucoup changé. La mémoire de Babel nous fait découvrir une jeune femme plus téméraire, qui ose, qui tente, qui est déterminée à retrouver celui qu’elle aime, et cela malgré les deux années qu’elle a passé dans le noir. Elle n’hésite pas à plonger de son plein gré dans un nouveau monde, à aller au-devant du danger. Elle va également se découvrir et se redécouvrir et ne va pas hésiter à vaincre ses appréhensions pour atteindre son but. Définitivement, Ophélie devient maîtresse de sa vie. De spectatrice, elle devient l’actrice principale de son destin.

Pour finir, je ne peux pas ne pas mentionner la présence d’énormes révélations. En effet, le lecteur en sait enfin davantage sur Dieu et son identité, et si ce que l’on apprend semble logique, j’ai quand même eut mon lot de surprises. L’auteure s’amuse également de nous en faisant planer le mystère autour de Thorn.

Dans tous les cas,  Christelle Dabos met en place, avec brio, tout les éléments afin de clôturer son histoire. Je sens que le dernier tome sera riche en rebondissements et que le final sera à la hauteur du talent de l’auteure et de cette saga hors-normes. J’attends la suite avec une immense impatience.

Et vous? Avez-vous succombé à La Passe-Miroir? Si ce n’est pas le cas, il faut foncer ! Pour les autres, Team Thorn ou Team Archi? Team Thorn forever pour moi !

Prenez soin de vous mes liseurs.

 

 

 

Me laisser un petit mot ?