La reine du Tearling de Erika Johansen

 

Titre : La reine du Tearling 

Auteur : Erika Johansen

Maison d’éditions : JC Lattès

Date de parution : 2 novembre 2016

Nombre de pages : 508

Prix : 22€

ISBN : 978-2709644709

Genre : Science fantasy

***

Le résumé :

Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle diabolique a pris le pouvoir. Le jour de ses dix-neuf ans, une garde dévouée l’escorte de son repaire à la capitale, où elle devra reconquérir la place qui lui revient de droit et devenir Reine du Tearling.
Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu’elle découvre vont la pousser à commettre un acte d’une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente et déchaîne la vengeance de la Reine rouge.
La quête de Kelsea pour sauver son royaume et aller vers son destin ne fait que commencer. Long périple semé d’embûches, empli de bruit et de fureur, de trahisons et de combats farouches. Une épreuve du feu, qui forgera sa légende… ou la détruira.
Erika Johansen nous entraîne dans une épopée flamboyante où une jeune princesse insoumise devra lutter pour monter sur le trône.

Lire l’article sur ma sélection pour le Week-end à 1000 de juillet 2017.

Lire l’article sur les résultats du week-end à 1000 de juillet 2017. 

Mon avis :

Ce roman est dans ma PAL depuis longtemps . J’attendais le bon moment pour le sortir, un moment où j’aurais tout mon temps à lui consacrer. Grâce au dernier Week-end à 1000, j’ai enfin pu découvrir cette histoire qui me tentait depuis si longtemps.

Ici, nous suivons Kelsea, une jeune femme de dix-neuf ans. Héritière du trône du Tearling, elle a vécu recluse au fin fond d’une forêt afin d’être en sécurité jusqu’à son ascension au trône, le jour de son dix-neuvième anniversaire. Pour Kelsea, le temps est venu de dire adieu à tout ce qu’elle a toujours connu et de plonger dans un monde de violence, de trahison et de politique. Elle rencontrera sur sa route pas mal de personnes, des gens qui sauront l’apprécier et voir en elle une reine et d’autres qui ne cesseront d’œuvrer qu’une fois qu’elle sera morte.

L’auteure nous propose une histoire très particulière, où la fantasy côtoie à merveille la science-fiction. En effet, les personnages évolue dans un monde qui a tout de la fantasy et rappelle sans soucis le Moyen-Âge, à une époque très éloignée de la notre… mais dans le futur. Cependant, le monde n’a pas toujours était ainsi et ce retour en arrière est la conséquence de La Traversée (allez lire pour comprendre !)… Si j’ai déjà vu ce procédé dans d’autres romans, je l’ai trouvé très bien exécuté ici. Les traces de notre monde à nous sont là, même si elles sont très légères (nom de ville par exemple. On comprend que le Tearling est l’Angleterre) elles ne peuvent que faire « tilt » au lecteur. C’était surprenant de constater à quel point tout tenait la route, et cela malgré le caractère paradoxal de la situation : un monde futuriste ou la civilisation semble revenir en arrière…

Ainsi, le monde dans lequel évolue Kelsea et ses amis est différent, tout en ressemblant à des choses que l’on connaît. Cependant,  l’auteure arrive à en faire quelque chose d’original et d’innovant grâce à ses choix et sa façon de présenter les éléments de son histoire. Le lecteur découvre un univers complexe de façon très progressive et malgré l’abondance des informations et des personnages, il est très difficile de se perdre. En tout cas, c’est passé tout seul pour moi, car Erika Johansen a très bien su encadrer le lecteur. Elle distille ses informations et ses personnages durant tout le roman, tout en alternant avec l’action et les rebondissements. Ainsi, je ne me suis pas ennuyée un seul instant durant ma lecture, car avec sa plume fluide et légère, l’auteure arrive à donner un très bon rythme à son histoire.

D’un point de vue technique, Erika Johansen à tout bon avec ce premier tome. Cependant, son univers et son style d’écriture ne sont pas les seuls atouts du roman, bien au contraire. Les personnages que l’auteure a créé et notamment Kelsea, sont très bien construits. Ceux qui doivent être attachants le sont, ceux que le lecteur doit détester sont insupportables et ceux qui doivent être mystérieux restent dans l’ombre. J’ai vraiment adoré  Kelsea, ce petit bout de femme qui se voit propulsée sur le devant de la scène politique malgré elle et qui est très peu préparée à son rôle de reine. C’est un personnage très authentique qui possède une grande force de caractère et qui ne baisse pas les bras même quand l’univers entier semble contre elle. Rien ne lui tombe directement dans la bouche et elle apprend petit à petit. Selon moi, le réalisme de cette histoire repose en très grande partie sur elle. Dans beaucoup de romans, les héros découvrent qu’ils sont amenés à régner, mais très peu subissent ce que Kelsea subit dans La reine du Tearling. Souvent, tout semble arriver tout cuit aux héros et régner paraît naturel, évident. Ici, le lecteur constate très bien toutes les difficultés que représente un règne et cette problématique est présente, de façon très réaliste, du début à la fin. Pour moi, ce point-ci est capital et constitue la grande force de ce roman. Tout n’est pas évident et il faut travailler chaque jour afin d’atteindre ses objectifs. Erika Johansen nous le démontre très bien ici.

Les autres personnages qui entourent Kelsea sont également attachants et faciles à apprécier. Massue, malgré son nom, son caractère bourru et son côté brutal m’a convaincue progressivement, même si j’avais pas mal de doutes au début. J’ai appris à l’apprécier et il fait maintenant partie des incontournables de cette histoire. Pen, le garde du corps, est également un personnage sympathique que j’ai très vite aimé. Ombre de Kelsea, cette dernière peut également avoir une totale confiance en lui. Et enfin, il y a ce personnage que j’aime beaucoup, mais qu’on ne voir pas assez à mon goût :  Le Fetch, cet homme de l’ombre à la tête de tout un réseau, qui pille sans remords les nobles et qui est le héros de son peuple. Un danger ou un allié? On ne le sait pas encore, mais il m’a fait forte impression les rares fois où il est apparu. Comme beaucoup de choses, il est un mystère dont j’espère avoir la solution en lisant la suite !

J’espère sincèrement vous avoir donné envie de lire cette histoire. Pour moi elle a tout bon et je suis passé très très près du coup de cœur. La suite est déjà parue, L’invasion du Tearling, et je suis actuellement plongée dedans. Sachez également que, pour le plus grand bonheur des lecteurs, une adaptation au cinéma est prévue !

Prenez soin de vous.

10 thoughts on “La reine du Tearling de Erika Johansen

    1. Ahah l’histoire est à l’image de la couverture ^^ ! Je ne veux pas être la voix de la tentation, mais j’espère que tu craqueras ! Cette histoire a vraiment quelque chose en plus par rapport aux histoires de fantasy que j’ai pu lire, avec cette petite pointe de « science-fiction » (les puristes diront que ça n’est pas de la SF, mais bon. Il y a ce côté futuriste et chaotique qui fait penser à la dystopie), complètement en décalage avec ce monde médiéval. ^^

Me laisser un petit mot ?