Le passeur de Michel Sullivan

Titre : Le passeur 

Auteur : Michel Sullivan

Maison d’éditions : Albin Michel Numérique, MA Next Romance

Date de parution : 3 juillet 2017

Nombre de pages : 156 pour la version papier

Prix : 13,50€ euros pour la version papier, 5,99€ pour la version numérique

ISBN : 978-2226396488

Genre : Romance contemporaine, New Adult

***

Le résumé :

« Nous les nanas, on est souvent comme Jonathan le goéland. On a peur de s’envoler. Ton rôle, c’est de nous aider à s’aimer et à aimer. Tu es un passeur… Tu es là pour nous apprendre à ouvrir les ailes. »
Hugo, la trentaine, scientifique désabusé, tombe fou amoureux de Nina, 23 ans, une blonde explosive. Qui est le plus écorché des deux ?
L’amour est fatal : il peut vous sauver ou vous perdre. Hugo arrivera-t-il à garder Nina ?

Mon avis :

Le remercie vivement Florence et l’équipe de MA Next Romance pour l’envoi de ce roman.

A l’origine, je ne devais pas recevoir ce roman, mais le hasard a mené ce livre jusqu’à moi et je me dis que les choses n’arrivent jamais sans raison. En tout cas, pour ce coup-ci, je trouve que les choses ont été bien faites, car j’ai passé un très bon moment en compagnie des personnages créés par Michel Sullivan.

Dans cette histoire, nous suivons Hugo, trente ans, qui arrive à un moment de sa vie où les questions se bousculent, où l’homme se perd dans le quotidien. Marié, il fait pourtant la connaissance de Nina, une toute jeune femme, dans un bar un soir. Ils enchaînent les nuits torrides jusqu’à ce que quelque chose de plus profond s’installe entre eux, ce qui leur permettra de vaincre leurs démons.

Malgré la petite taille du roman et la mention « romance érotique », on est dans quelque chose de plus fort et de profond.

Hugo et Nina possèdent chacun leurs problèmes, des choses qu’ils n’arrivent pas à résoudre seul et qu’ils ne parviendront à surmonter qu’au contact de l’autre, grâce à l’autre. Tout les oppose. En 150 pages, l’auteur dit énormément de choses et aborde tout un tas de thèmes de façon légère, mais percutante. Ainsi, beaucoup de messages me sont parvenus et m’ont beaucoup touchée.

Le style de Michel Sullivan m’a également beaucoup plu. Les chapitres sont extrêmement courts, les jours défilent très vite, mais cela ne rend pas la lecture moins intense, au contraire. Le fait que l’histoire soit décrite à travers les yeux de Hugo ajoute un gros plus à l’ensemble, car bien souvent dans ce genre de texte c’est le point de vue de la femme qui est révélé au lecteur ou, dans le meilleur des cas, les points de vue des deux personnes se complètent. Du coup, le personnage de Hugo est très attachant. On se met facilement à sa place et on veut que les choses s’arrangent pour lui, et cela, malgré le fait qu’il entretienne une relation avec Nina, qui n’a que 23 ans. L’auteur arrive à faire en sorte que l’on adhère à leur relation, malgré leur différence d’âge et leur situation.

Par contre, pour ceux que cela dérangent, je tiens à prévenir que l’histoire contient des scènes de sexe et qu’elles sont parfois très crues, notamment au début du roman. Puis petit à petit, le style change et devient moins osé, il évolue comme la relation entre les deux personnages, qui était d’abord basée sur le sexe avant de devenir quelque chose de plus tendre. C’était assez impressionnant et remarquable de constater que la plume de l’auteur changeait en même temps que Hugo et Nina.

Au final, pourquoi un 3,5/5 pour une histoire que j’ai adoré et lu en deux temps trois mouvements? Tout simplement à cause de la fin de l’histoire. Comme je le disais, tout au long du roman, l’auteur évoque des sujets très forts à travers les proches de Nina et Hugo, mais la fin est également significative et je n’adhère pas vraiment au message que l’auteur fait passer. Je me dis que peut-être je ne l’ai pas comprise comme l’auteur le souhaite, mais de mon point de vue, j’ai été déçue que les choses finissent ainsi, après tous les événements vécus. J’ai l’impression que Hugo restera toujours aux services de femmes et rien d’autre, en ce qui concerne sa vie affective, car le titre de ce livre, Le passeur, prend tout son sens à travers les mots de Nina. Malheureusement, ce n’est pas quelque chose qui me plaît, car je ne comprends pas comment une personne pourrait s’épanouir ainsi, mais ce n’est que mon avis personnel. Si vous avez lu ce roman, n’hésitez pas à me dire de quelle manière vous avez compris cette fin. Est-ce que vous percevez les choses comme moi, ou pas? Cela m’intéresse beaucoup.

Et vous, aviez-vous entendu parler de la nouvelle collection numérique MA Next Romance? Elle ne comprend que trois titres pour le moment, mais ils me semblent tous très biens et parfaits pour l’été ! J’ai hâte que d’autres livres sortent !

Prenez soin de vous.

2 thoughts on “Le passeur de Michel Sullivan

    1. Coucou ! Merci beaucoup ! Je suis ravie que mon blog te plaise. Je suis un peu maniaque niveau visuel, donc bon… Ce n’est certainement pas aux goûts de tout le monde, mais je m’améliore petit à petit afin que ça soit bien présenté et pratique ! Donc un grand merci pour ton retour ! ^^

Me laisser un petit mot ?