The Curse T.1 de Marie Rutkoski

 

 

Titre : The Curse T.1

Auteur : Marie Rutkoski

Maison d’éditions : Lumen

Date de parution : 16 février 2017

Nombre de pages : 464

Prix : 15€

ISBN : 978-2371020887

***

Le résumé :

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

Mon avis :

The Curse est un ouvrage que j’ai attendu avec grande impatience en début d’année. Pour autant j’ai patienté pendant presque deux mois avant de me lancer. La raison est simple : j’avais peur d’abîmer ce petit bijou, qu’il lui arrive malheur : dos cassé, coin retourné, dorures qui s’estompent. Je me suis donc retenue, mais j’ai finalement cédé.

Cela fait pas mal de temps qu’on entend parler de cette saga fantasy signée Marie Rutkoski. Le livre était connu bien avant la sortie française. Lumen a finalement succombé et nous avec !

Comme beaucoup, j’ai adoré cette histoire et les choix de l’auteure concernant les thèmes abordés : l’esclavage et l’armée. Je regrette malgré tout que Marie Rutkoski ne soit pas allée plus en profondeur et n’ait pas davantage tiré parti de la gravité de ses sujets, surtout en ce qui concerne l’esclavage, dont le mal n’est pas assez visible dans cette histoire. C’est un fléau historique, aussi bien pour nous que pour les personnages de The Curse, mais hormis le ressenti de ces derniers, le lecteur ne se rend pas assez compte visuellement de ses méfaits, à mon sens.

Après ce livre est un roman pour adolescents, donc effectivement, on ne peut pas non plus pousser trop loin, mais quand même… J’ai ce petit regret.

*Concernant ce point, ma façon de m’exprimer est sans doute maladroite. Je n’arrive pas à exprimer clairement mon ressenti. Bien évidemment, le lecteur constate l’horreur engendrée par l’esclavage, mais pour moi, il y a quand même un manque. Si vous l’avez lu, vous comprendrez peut-être ce que je cherche à dire*

Malgré cela, j’ai été prise dans l’histoire du début à la fin, même si pour beaucoup de monde l’histoire met du temps à démarrer. Je ne suis d’ailleurs pas particulièrement d’accord avec cette idée. Pour moi, l’auteure met en place son monde et ses personnages et le début du livre n’a pas été ennuyeux à suivre (pour moi), au contraire ! La plume de Marie Rutkoski est très facile à lire, même si elle ne possède pas de signature propre, et l’histoire s’enchaîne de façon fluide et harmonieuse. Après, c’est une question de goût, mais pour ma part, cela a très bien fonctionné.

J’ai également beaucoup aimé l’idée d’opposer les points de vue. Dans ce premier tome, le lecteur peut à la fois découvrir les pensées de Kestrel et celles d’Arin. De ce fait, on s’attache à l’un autant qu’à l’autre et si j’ai adoré Arin, j’ai également beaucoup aimé Kestrel, même si je ne valide pas toujours ses choix.

Cependant, si ce mode de fonctionnement permet d’apporter beaucoup de richesse à l’histoire, il possède aussi un désavantage ici. En effet, j’ai trouvé que l’auteure ne laisse pas de place à la surprise. Le fait de suivre Arin enlève une partie du suspense dont aurait eu besoin l’histoire. Même si on est dans de la fantasy adolescente, il faut quand même pouvoir entretenir une part de mystère. De ce fait, il aurait peut-être fallut mieux choisir les passages concernant Arin, afin que le lecteur puisse être surpris.

Au final, j’ai passé un très bon moment de lecture, comme en témoigne ma note. L’histoire est prenante, se lit à vitesse grand V, les personnages sont attachants et la fin donne très envie de lire le second tome. Pour autant, on ne peut nier la présence de petits « défauts » – pour moi toujours, certains ne seront pas d’accord et heureusement ! – dans la façon d’aborder certaines choses : l’alternance des points de vue, qui ampute une grande partie de l’intrigue et le manque de profondeur, car certaines notions sont abordées de façon un peu trop légère.  Cela reste un très bon roman adolescent de fantasy et je le recommande à toute personne attirée par le genre!

Et vous, avez-vous lu The Curse? Tenté? Dites-moi tout !

Prenez soin de vous.

7 thoughts on “The Curse T.1 de Marie Rutkoski

  1. Aaaah je l’attendais cette chronique ! Je suis contente que tu ai cédé du coup :p
    Pour autant même si ta chronique fait envie je ne sais toujours pas si ça pourrais me plaire ou non… c’est vraiment le gros point d’interrogation ce roman c’est fou xD

    1. Héhé, la voilà ! Oui, finalement, je me suis dis que c’était stupide, surtout qu’il me faisait très envie !
      Ahhh, moi j’ai beaucoup aimé, mais après, ça dépend de chacun ! Tiens nous au jus !

Me laisser un petit mot ?