L’ange et la petite fille de François Vilquin

Titre : L’ange et la petite fille

Auteur : François Vilquin

Maison d’éditions : The Book Edition, collection « Le p’tit pachyderme »

Date de parution :

Nombre de pages : 100

Prix : 15€

ISBN : 9782953992236

***

Le résumé :

L’ange gardien Eléazar Hillbrand veille avec amour sur son village de Dorothée-Lès-Vallons, depuis les nuages douillets où il aime à s’étendre. Pourtant, le danger de mort que court Francesca, petite orpheline de 12 ans, va l’obliger à se réincarner, le jour de Noël. Une aventure tendre, drôle et émouvante.

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie chaleureusement l’auteur pour m’avoir fait découvrir son monde et fait parvenir cet ouvrage.

J’ai de suite été séduite par la mention « conte » et par le résumé. Dans cette histoire, nous suivons Eléazar, un ange chargé de veiller sur la jeune Francesca, devenue orpheline le jour de Noël à la mort de sa mère. Eléazar, qui va œuvrer sous les traits de Victor un jeune musicien, doit à tout pris protéger Francesca des ténèbres qui la menacent.

J’ai passé un bon moment de lecture aux côtés de Victor, Francesca et de leurs amis. L’écriture de François Vilquin est très agréable à lire et poétique, conformément au genre de prédilection de l’auteur. Cette plume assez particulière est d’ailleurs très bien mise en valeur par la mise en pages et le travail éditorial qui a été produit. Les début de chapitre commencent tous par quelques jolis vers et les textes sont divisés en courts paragraphes. L’ensemble rend le tout très dynamique et donne une impression de vitesse. Du coup, l’histoire a été lu très très rapidement, puisque l’ouvrage ne fait qu’une centaine de pages.

Cependant, j’ai parfois été déstabilisée par le contenu de certains dialogues. Certaines paroles prononcées par Eléazar ne me semblent pas adaptées, trop simple, « enfantines »,  peu en adéquation avec le personnage qui est quand même un ange. Je ne sais pas comment l’exprimer, mais certaines tournures de parole m’ont fait tiquer, tout comme la présence de chiffre n’étant pas écrit en toute lettre dans le texte. C’est quelque chose qu’on ne retrouve pas dans la fiction habituellement.

Pour revenir à la mention « conte », je suis assez mitigée. Certaines choses nous rappellent effectivement ce genre littéraire, mais pour autant, nous sommes assez loin de l’ambiance particulière, intemporelle et obscure, que l’on retrouve dans les contes. Toutefois, on retrouve la trame simple qui caractérise le conte, malgré la présence que certains détails très encrés dans notre réalité.

Enfin, je voulais vous en dire plus concernant les personnages. Si j’ai mentionné le rythme très rapide de l’écriture tout à l’heure, le fait que l’ouvrage soit très court contribue également à cette impression de vitesse. De ce fait, je ne me suis pas attachée autant aux personnages que je l’aurais pu, même si en soit, leur personnalité les rends attachants. Il n’y a simplement pas assez de détail et d’approfondissement pour qu’on s’y attache véritablement.

Etant donné que L’ange et la petite fille est le premier tome de la saga Mémoires d’Entre-Mondes, nous retrouverons Eléazar dans de prochaines aventures. J’espère ainsi pourvoir en savoir plus !

Merci encore à l’auteur pour cette découverte et ce bon moment passé en compagnie des personnages !

Prenez soin de vous.

 

2 thoughts on “L’ange et la petite fille de François Vilquin

Me laisser un petit mot ?