Lulo de Hugo Poliart

lulo

 

 

 

 

Titre : Lulo

Auteur : Hugo Poliart

Maison d’édition : Editions Jourdan, Roman

Date de parution : 20 octobre 2016

Nombre de pages : 243

Prix : 17,90€

Notation 3.5 sur 5

***

Synopsis :

Je m’appelle Sandra, j’ai vingt-huit ans. Ce que j’aime dans la vie, c’est baiser et tuer. Baiser, je le fais gratuitement, c’est ma passion. Tuer, c’est mon métier, je suis payée pour ça.

Je m’appelle Marc. J’ai trente-sept ans. Je suis enquêteur à la brigade criminelle et je crois bien qu’on vient de me confier l’affaire qui va changer ma vie.

Plus connu sous le nom français de Narangille, le « Lulo » est un fruit rond de couleur orange, lumineux quand il est mûr, et qui ressemble un peu à une tomate. Il est principalement apprécié pour son jus verdâtre, servi le plus souvent dans de l’eau, avec un peu de sucre ou de miel pour en atténuer l’acidité.

Mon avis :

Je remercie Thomas et les éditions Jourdan pour cet envoi.

J’ai découvert cette histoire grâce à la maison d’édition et j’ai été très interpellée par le résumé. A la lecture de ce dernier, je me suis dit que l’auteur nous proposait quelque chose de complètement WTF et plein d’humour. Finalement, c’est un peu ça.

On suit dans ce livre deux personnages, Sandra et Marc, l’ouvrage étant divisé en deux parties, l’une centrée sur « l’héroïne » et l’autre sur l’inspecteur. Je peux déjà vous dire que j’ai adoré suivre ces deux personnages qui sont très différents, mais qui arrivent quand même a avoir une histoire commune.

Cette histoire, c’est tout simplement celle de Sandra qui travaille pour un éditeur et dont le rôle est d’assassiner tous les écrivains ratés qui ont envoyé leur manuscrit à la maison d’édition de son patron.

Les personnages de l’auteur sont agréables à suivre et Sandra possède une personnalité très bizarre et dérangée, contrairement à Marc qui est sain d’esprit (je crois). Cependant, je ne me suis pas attachée à eux.

En effet, le livre est très court et se lit très rapidement. De plus, vu les actions et réactions de chacun, notamment celles de Sandra qui est quand même une tueuse qui croit agir dans son bon droit et pour la bonne cause, il est compliqué de s’attacher à eux, car on ne comprend pas trop leur fonctionnement et comment ils peuvent agir comme ils le font.

Toutefois, j’ai passé un très bon moment et j’ai même rit. Donc pour moi, le pari est complètement gagné. Le résumé annonce la couleur et le lecteur n’est pas déçu.

Malgré tout, certaines choses m’ont un peu dérangée dans ce livre. Tout d’abord, le fait de ne pas comprendre Sandra et ses envies meurtrières. L’auteur n’a pas, pour moi, réussi à nous émouvoir avec ce personnage. Ce n’était peut-être pas le plus non plus, me direz-vous. Ensuite, je n’ai pas non plus comprit Marc et ses choix, notamment à la fin du livre. Je ne peux pas vous en dire plus, mais j’avoue être restée perplexe… Ainsi, parfois l’histoire manquait de réalisme.

J’ai aussi déploré le manque de subtilité à certains moments. Certaines choses sont très prévisibles et on voit les choses venir, notamment l’arrivée de Marc. C’est dommage, car d’autres révélations, que l’on découvre dans la seconde partie du roman, sont complètement inattendues. L’auteur nous laisse des indices sur certaines choses au fil de son histoire, on les lit et les enregistre sans se douter de leur importance, et là : PAF ! Donc c’était vraiment bien joué de la part d’Hugo Poliart. C’est pour cela que je déplore un peu le manque de subtilité quant à la façon d’amener certaines choses (Marc) dans son récit, quand on voit que l’auteur arrive très bien à nous surprendre ailleurs.

Au final, je vous recommande quand même ce livre, qui m’a permis de voir le monde des éditions et de l’écriture, autrement. C’était frais, drôle et assez décoiffant, même si certaines choses peuvent être améliorées.

Est-ce que vous avez déjà eu envie de tuer un auteur? Pour ma part oui, quand il est bien sadique, qu’il nous offre une fin horrible et que l’attente devient insupportable.

Prenez soin de vous.

signature-coquelicot

2 thoughts on “Lulo de Hugo Poliart

Me laisser un petit mot ?