Hugo de la nuit de Bertrand Santini

hugo-de-la-nuit

 

 

 

 

 

Titre : Hugo de la nuit

Auteur : Bertrand Santini

Maison d’édition : Grasset Jeunesse

Date de publication : avril 2016

Nombre de page : 213

Prix : 13.50€

notation 4.5 sur 5

 

***

Synopsis :

« L’oncle d’Hugo allait presser l’interrupteur de la lampe de chevet lorsque l’enfant le retint par la main.
– Attends… J’avais encore une question à te poser…
– Quoi donc ? sourit son oncle.
– Je me demandais… Tu penses qu’un mort, ça peut se déterrer tout seul ?
Son oncle écarquilla les yeux pour souligner l’absurdité de la question.
– « L’enfer est vide. Tous les démons sont parmi nous », dit-il dans un souffle.
– Qu’est-ce que ça veut dire ?
– C’est du Shakespeare et cela signifie que les vivants sont plus à craindre que les morts.
Hugo fronça les sourcils d’un air dubitatif.
– Et sur ce constat d’épouvante, conclut Oscar dans un large sourire, je te souhaite de beaux rêves !
D’un clic, il éteignit la lampe de chevet.
Hugo entendit ses pas s’éloigner dans le noir.
La porte se referma sans bruit.
Maintenant, la nuit pouvait commencer… »

Mon avis :

J’ai découvert ce livre grâce à mon amie Sofie (oui encore !) qui a vraiment adoré sa lecture. Du coup, ce livre m’intriguait beaucoup et je me suis fait un point d’honneur à le lire pour la période de l’automne (et d’Halloween !). 

Autant vous dire que je n’ai pas regretté ma lecture. Volontairement, les résumés que l’on trouve sur internet ne nous révèlent pas grand chose sur le contenu de l’histoire de Bertrand Santini et c’est très bien comme cela. Il faut se plonger dans ce conte moderne (oui oui !) sans rien en savoir. La lecture n’en est que meilleure !

Dans cette histoire, nous découvrons Hugo, par une nuit d’été. Le lecteur va suivre cet enfant la veille et la nuit de son anniversaire et on peut dire que ce petit garçon va vivre pas mal d’aventures très étranges, durant lesquelles les rencontres vont se multiplier. On va ainsi rencontrer des personnages très attachants et loufoques, mais également d’autres qui eux sont effrayants et menaçants.

Je me suis beaucoup attachée à Hugo, à sa famille et à ses futurs amis. Ils apportent de la légèreté et de l’humour dans une histoire qui peut être sombre et effrayante. L’auteur a trouvé le juste équilibre entre le glauque et le comique. Sa plume est également remarquable, à la fois simple et poétique, dans laquelle j’ai retrouvé un vocabulaire et des façons de parler qui ont fait écho en moi, puisque je viens du sud de la France.

Dans cette histoire, l’auteur aborde un sujet assez dur à présenter aux enfants, la mort, d’une façon complètement « détournée » et décalée. Au milieu des ténèbres, Bertrand Santini nous apprend à ne pas avoir peur. Je pense que les enfants qui liront ce livre auront matière à réfléchir sur le sujet.

Pour ma part, j’ai lu ce livre en une nuit, comme me l’avait suggéré Sofie et Lulu. J’ai englouti cet ouvrage en l’espace de quelques heures et la lumière de ma lampe de chevet n’était pas de trop. Les pages se sont enchaînées à toute vitesse et la dernière partie du livre a été assez bouleversante.

En effet, plus les pages défilaient et plus je me posais des questions. J’étais perdue. Où se trouve la frontière entre la réalité et le rêve? Est-ce que tout est vrai? Est-ce que tout est faux? Une fois le livre refermé, les questions sont toujours là. Le lecteur ne peut que réfléchir, comme si le livre ne voulait pas le quitter. A l’heure où j’écris ces lignes, je doutes encore, de ce que j’ai compris, de ce que j’ai lu. C’est un sentiment très étrange qui convient tout à fait à l’histoire d’Hugo. On ne peut pas rester indifférent et on ne peut pas passer à autre chose en un claquement de doigts. J’étais tellement retournée après avoir fini ce livre que je n’ai pas pu m’empêcher de demander aux filles si ce qui m’arrivait été normal, si je n’avais pas raté quelque chose, mais non. Je suis arrivée exactement là ou Bertrand Santini voulait m’amener. C’est à la fois beau et surprenant.

C’était assez difficile de vous parler de Hugo de la nuit sans trop en dire, de peur de gâcher la surprise. J’espère malgré tout vous avoir donné envie de découvrir cette histoire. Vous verrez, vous n’en sortirez pas indemne !

Prenez soin de vous.

signature-coquelicot

9 thoughts on “Hugo de la nuit de Bertrand Santini

  1. Un de mes méga coup de cœur de cette année ! (mais tu le sais ! ^^)
    Ta chronique est parfaite et je sais ô combien c’est dur de la faire sans en dire trop, sans spoiler ou autre et quand on aime on veut tellement en parlé en dire que c’est horrible ! ^^

    1. Ahah, moi c’est un presque coup de cœur, mais vraiment, ça passe à peu de chose ! Je ne vous remercierai jamais assez, Sofie et toi pour les livres que vous me faites découvrir. ^^
      Oui, c’est compliqué de parler d’un livre qu’on adore sans trop en dire et sans saouler ahah. Donc je suis contente d’avoir des retours positifs !

  2. En fait non j’ai pas pu résister je viens de la lire
    Si tu pouvais m’entendre je t’applaudis, ta chronique est superbe et juste parfaite pour initier d’autres lecteurs! J’adore!

    Tu m’as fait sourire avec le « oui encore » du fait que je te fasse découvrir des livres hihi

    Bisous jolie coquelicot!

    1. Ahah, la chronique t’appelait, ou alors Hugo s’accroche encore !
      C’est gentil, j’ai eut pas mal de difficultés à en parler, car j’ai rédigé ça tout de suite après avoir lu le livre (bon j’ai fini ma nuit et j’ai écrit le tout l’après-midi). Et comme j’étais retournée, j’avais peur de partir dans tous les sens.
      Ahah, je pense que ceux qui me lisent commencent à te connaître (avec Lulu), à force. Vous êtes tout le temps là (et pour lonnnnnngtemps) ! Bisous mon petit suricate !

Me laisser un petit mot ?