Entretien avec George Rouzaud, auteur de la saga La Racine et la Sève !

Coucou tout le monde !

Aujourd’hui, je reviens avec un billet un peu spécial, puisque je vous propose d’en découvrir plus sur l’auteur qui se cache derrière La Racine et la Sève. Vous le savez maintenant, quand un auteur me contacte, je lui propose de répondre à quelques questions, et jusqu’à présent, tous ont  répondu « présent ! » et je les en remercie. Je sais que vous êtes nombreux à apprécier ce genre d’échanges donc nous nous exécutons avec plaisir.

georges rouzaud
Georges Rouzaud – image issue du site internet de l’auteur.

George Rouzaud est un auteur français de 65 ans. Né en Auvergne, il vit désormais dans le sud de la France à Nîmes – oui, nous sommes à côté ! – avec sa famille. Rien ne destinait cet homme à se lancer dans le monde de l’écriture, puisque Georges Rouzaud exerçait le métier de gestionnaire du patrimoine. Mais la vie est pleine de surprises…

Pour en savoir plus, je vous invite à poursuivre votre lecture, à visiter le site de l’auteur, et pourquoi pas à découvrir mon avis sur le premier tome de La Racine et la Sève – Le rituel de Néhès, dont je vous met le résumé ci-dessous :

la racine et la sève

Ils sont réunis dans une confrérie ancestrale : « La Serre d’Aigle et le Rameau d’Olivier ».

Gerhard de Saint Elme, leur ennemi primordial est un ancien inquisiteur passé du côté des ténèbres et de la sorcellerie la plus noire. Il a pourtant été anéanti il y a plusieurs années par Archange Ephrasus Saïf el Jabar, druide et Mage Blanc, membre de la communauté des druides.

Seulement voilà… Archange qui est âgé de plus de cinq siècles, veut mettre un terme à sa longue vie d’errance et de combats. Cette décision va être contrecarrée par ceux qui gouvernent la destinée des Druides Puissants. En effet, Dagda père des dieux celtique, Lug dieu de la guerre et la lumière et les « frères » d’Archange vont lui envoyer une jeune fille de treize ans, Anaïs pour le remettre sur la route du « Vrai Savoir ».

Pour reprendre l’intégralité de ses pouvoirs et continuer la lutte acharnée contre « le Moine sorcier », Archange va devoir se remettre en question et s’adapter à sa nouvelle destinée. Seule Anaïs pourra lui donner la force de retrouver le « rituel de Néhès ».

***

Mes questions : 

1.  Quels sont vos rapports avec la lecture? Est-ce que vous lisez beaucoup et depuis longtemps?

Je lis énormément et ce depuis l’âge de 7 ans où je dévorais sous les draps avec une lampe de poche Le club des cinq et même la Comtesse de Ségur…

2. Quel a été l’élément déclencheur qui vous a poussé à écrire? Qu’est-ce que cette aventure vous a apporté?

Un bête accident de la vie… une grosse fracture et une immobilisation de plusieurs mois. Depuis ce démarrage, ma passion pour la retranscription de mon imagination (que beaucoup disent débordante…) est devenue dévorante. Ecrire est surtout une manière de sortir du temps présent pour s’éloigner des tumultes qui nous entourent. Cela me permet aussi de « donner » aux autres cet enthousiasme que vous avez rencontré en lisant les aventures d’Anaïs et d’Archange.

3. Est-ce que des livres, des auteurs vous ont inspirés?

Difficile… Si j’avais appliqué le style de mes romanciers préférés, (Tolkien, St. Ex., Kipling, Maupassant, Dumas, Stephen KIng, JC. Grangé, etc…) je n’aurais pas écrit cette saga sur la magie et la relation anachronique entre Archange et Anaïs. J’ai essayé d’innover…

4. Comme je l’ai mentionné dans ma chronique, votre premier livre regorge d’informations. Avez-vous effectué des recherches pour pouvoir écrire La Racine et la Sève? Quelles ont été vos sources de prédilection?

Internet bien sûr ! Et aussi pour le second tome mes voyages.

5. Votre genre favori est le fantastique. Avez-vous déjà envisagé d’écrire un autre genre d’histoire?

Oui ! Le troisième tome de La Racine et la Sève terminé (bientôt), je vais écrire un roman sur l’escroquerie et la lutte du « pot de terre contre le pot de fer »…

6. Concernant votre façon d’écrire, pourquoi avoir pris le parti pris de rédiger vos histoires comme des scénarii de film?

Très simple… L’imagination au pouvoir ! Donner à mes lectrices et lecteurs la possibilité de se faire eux-même leur propre film, avec les acteurs sortis de leurs propres synapses.

7. Chaque auteur possède sa méthode pour écrire. Comment procédez-vous? Comment vous organisez-vous pour concilier l’écriture avec le reste?

Tout d’abord un fil rouge ! Je connais déjà la fin du livre. Ensuite du temps ou la concentration ne peut être entravée par l’extérieur. Donc tôt le matin ou lors de petits moments de solitude.

8. Combien de tome comprend La Racine et la Sève? Avez-vous d’autres idées d’histoire en tête?

Trois pour la première saga. Elle reprendra ensuite avec Anaïs, arrivée à l’âge de 25 ans, pour de nouvelles aventures. Et ensuite, une dernière période en trois volumes, mais là, ce sera une autre histoire…
Effectivement, j’ai d’autres idées en tête.

9. Depuis combien de temps travaillez-vous sur cette histoire (réflexions, mise en place de l’histoire, recherches et rédaction)?

Depuis 2013.

10. L’amitié qui lie Archange et Anaïs est très particulière. Elle est l’occasion de mettre en avant leur différence d’âge et d’intérêt, mais également leur curiosité pour le monde de l’autre. Avez-vous  déjà constaté ou eut ce genre de lien?

Non, mais cela m’a été facile de me mettre dans la peau des personnages.

11. Est-ce que vos personnages ont été inspirés par des proches ou des personnes que vous avez rencontré?

Non hélas… J’aurais aimé rencontrer un druide puissant et une fée humaine (LOL).

12. Le monde de l’édition est dur. Trouver sa place quand on est un nouvel auteur est très compliqué. Pouvez-vous nous parler de votre quête d’édition? Concrètement, comment fonctionne l’auto-édition? Avez-vous des conseils à nous partager, y a-t-il des pièges à éviter?

Et oui… je crois que je vais retenter l’expérience de l’envoi de manuscrit avec la promo que j’ai pu glaner à droite comme à gauche. En fait, les éditeurs « chassent » les auteurs anglo-saxons pour des questions de rentabilité. En plus, quand un auteur de mon acabit n’est pas connu, la difficulté est des plus grandes.

Il y a trois ans, j’ai tenté l’expédition de mon travail chez une quinzaine d’éditeurs, sans aucun succès mas avec des compliments diplomatiques tout de même…

L’auto-édition est une technique difficile qui demande du travail dans la correction des épreuves, plusieurs relectures, surtout celle du bon à tire, puis ensuite la distribution avec un investissement notable car pour se faire connaître, il faut savoir « partager ». Puis ensuite, de la com, de la com, de la com !

Je trouve que le système de blogs de lecture comme le vôtre est adapté à ce système artisanal. En espérant qu’un jour, un éditeur (un vrai) se penchera sur le berceau de mes ouvrages.

Pour les conseils, trois mots : persévérer, partager, et s’armer d’une patience optimiste. Le piège :  ne pas rentrer dans les nasses des pseudos éditeurs qui vont essayer de mettre l’auteur dans une servitude « payante ».

13.  Avez-vous des conseils à donner à ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’écriture? 

 Oui bien sûr ! Il faut que ces derniers s’accrochent à leur rêve pour qu’il devienne réalité (un peu de philosophie constructrice ne fait pas de mal…) ensuite se jeter dans l’eau sur son ordinateur et ne pas hésiter à faire lire dès le début les essais réalisés. Ne pas oublier que le regard de l’autre est constructif. Le plus grand ennemi de l’écrivain amateur (et aussi du pro…) est l’introspection. Se regarder le nombril et garder pour soi (par crainte de la critique le plus souvent) son travail ne peut rien amener de positif. Ma fille, mon épouse et feu ma chère maman ont été les premières détentrices de ma prose…

***

Je remercie vivement et chaleureusement Georges Rouzaud pour avoir partagé son monde avec nous et pour avoir répondu à mes questions. J’espère que vous ne lâcherez rien et qu’un éditeur empruntera la route du « Vrai Savoir ».

Si vous souhaitez en savoir plus, ou que vous avez aussi des questions à lui poser, sur ses livres ou autre, je vois renvois à son site internet. Il est très réactif et répond très rapidement. Si son histoire vous intéresse, vous pouvez également l’acheter par ce biais là.

Prenez soin de vous.

signature-coquelicot

4 thoughts on “Entretien avec George Rouzaud, auteur de la saga La Racine et la Sève !

    1. N’est-ce pas? J’adooore proposer ce genre d’article ! Oui, il faut, parce que ça vaut le détour ! Je suis sûre que tu aimerai. En plus l’auteur m’a dit qu’il était en train de rédiger les dernières lignes du tome trois il y a peu, donc bientôt la fin !
      Bisouuuus !

  1. Oh une prochaine saga centrée sur Anaïs c’est une super nouvelle ! George Rouzaud est vraiment un auteur à faire connaitre, non seulement sa saga La racine et la sève est très bonne, mais en plus l’auteur lui-même est très sympa !
    C’est une super idée d’interviewer les auteurs qui te contactent ! 🙂

    1. Oui, tu as vu ça? J’ai vraiment hâte, je l’adore ! Oui, c’est ce que j’ai constaté : gentil et très accessible ^^ ça fait plaisir ! J’espère vraiment qu’il aura le succès qu’il mérite. Il y a tellement de talent qui se perd !
      Oui, je demande, parce que moi-même, j’aime bien savoir et il y a tellement de parcours différents en fonction des gens… J’aime voir l’envers du décors, et puis comme je n’ai pas l’air d’être la seule, ça permet de satisfaire la curiosité de tout le monde ^^
      Bisous !

Me laisser un petit mot ?