Ils m’ont appelée Eva de Joan M. Wolf !

Coucou tout le monde !

Pour ce rendez-vous livresque, j’ai décidé de vous parlez d’un livre qui aborde un sujet sérieux et terrible, la Seconde Guerre mondiale. Ce n’est pas un sujet de lecture que j’affectionne particulièrement, et je n’ai pas de passion pour cette période, même si elle intéresse beaucoup de monde. Cependant, pour ma culture et mon enrichissement personnel, je trouve cela bien de s’y intéresser, même si c’est douloureux et triste. Cela fait partie de notre histoire après tout !

J’ai découvert Ils m’ont appelée Eva grâce à la blogueuse et youtubeuse littéraire Nine qui avait fait une vidéo à l’occasion des soixante-dix ans de la fin de la guerre en mai. Dans cette vidéo, elle nous présentait dix livres sur la Seconde Guerre mondiale et celui-ci a tout particulièrement retenu mon attention.

***

Ils m’ont appelée Eva de Joan M. Wolf est un roman one-shot paru chez les éditions Pocket Jeunesse en avril 2010 au prix de 11.50 euros pour 223 pages. Ce livre n’est actuellement plus édité. J’ai pu me le procurer sur Price Minister grâce à une alerte, vendu par Gibert Joseph.

41GtCIa+N2L._SX344_BO1,204,203,200_

Synopsis :

1942, Tchécoslovaquie.

Milada, 10 ans, échappe au massacre de son village parce qu’elle est blonde et qu’elle a les yeux bleus.

Pendant des mois, les nazis vont lui apprendre à tout oublier pour devenir Eva, une parfaite petite aryenne. Une élue.

***

Mon avis : 

Comme le laisse penser le résumé, le sujet de ce roman est le programme Lebensborn, « la source de vie ». Pour ceux qui ne connaissent pas ce programme mise en place sous le régime nazi, son but était la création de la race aryenne, censée être « pure ». Pour se faire, des enfants d’Europe étaient enlevés afin d’être « germanisés ». On sélectionnait ces enfants selon des critères physiques absurdes « la nuance des yeux (bleu ou claire), la longueur du nez, le blond des cheveux, etc. Les enfants arrachés à leurs proches dans le cadre de ce programme étaient appelés les « enfants Lebensborn ».

Milada, la petite fille que l’on suit dans ce roman est donc une « enfant Lebensborn ». Ce roman m’a beaucoup touchée parce que tout ce qui concerne les enfants m’atteint tout particulièrement. C’est un sujet sensible pour moi et je pense que c’est pour cela que j’ai jeté mon dévolu sur ce livre (je suis un peu maso, je l’avoue!). Même si tout ce qui se rapporte aux massacres perpétués pendant cette période de l’histoire m’atteint, Lebensborn est l’aspect de cette guerre qui me touche le plus.

Dans ce roman, nous suivons donc Milada quelque mois avant que les Nazis ne viennent s’en prendre au village de Lidice (un village qui a bel et bien existé et qui a subi ce qui est mentionné dans le roman). C’est déjà le premier point qui bouleverse le lecteur. On sait ce qu’il va se passer, et le fait de le savoir et d’avoir en plus l’occasion de s’attacher aux proches de Milada est assez douloureux, beaucoup plus que si l’histoire avait démarré lors de l’enlèvement des enfants. C’est déjà beaucoup d’émotion dès le début.

Ensuite, étant donné que le point de vue du livre est celui de Milada, la vision du lecteur est réduite à celle d’un enfant, mais s’accompagne de nos connaissance à nous. Là où Milada ne comprend pas les choses, là où elle espère… le lecteur sait. Cela amène beaucoup plus d’émotion pour le lecteur une fois encore, même si cela laisse moins de place au mystère. Cependant, malgré notre savoir sur la période, le lecteur se retrouve aussi dans le noir. On peut décrypter certains faits, certaines paroles entendues, mais notre interprétation est quand même limitée, car l’aspect négatif de la guerre et des nazis n’est pas présenté aux enfants, puisque le but du gouvernement est l’endoctrinement. Milada est donc juste assez vieille pour se souvenir et comprendre, mais pas assez pour mesurer la portée de tout ce qui se passe.

Pour ce qui est du déroulement de l’histoire, le roman est divisé en différentes parties au niveau des faits. Une partie où Milada est avec sa famille, avant que les nazis ne passent à l’action, une partie durant laquelle elle est « formée » à devenir une parfaite petite aryenne allemande, une autre où elle va vivre avec sa famille d’adoption (une famille nazie) et la fin.

Dans ce livre, on découvre le pouvoir de l’endoctrinement, comment on peut réussir (ou échouer) à manipuler les cerveaux. De la difficulté que l’on pourrait avoir à rester soi-même si l’on se retrouvait dans un cas similaire. Je trouve donc que c’est un livre que les plus jeunes devraient lire à l’école, dans le cadre des cours sur la Seconde Guerre mondiale. Ce roman aborde le sujet de façon assez pudique au final, puisque les « enfants Lebensborn » étaient élevés dans des cocons, loin des massacres et de la cruauté nazis. De ce fait, même si c’est un livre qui apporte beaucoup d’émotion et de réflexion, il n’est pas trop « dur » dans les mots (selon moi, après chacun est différent, mais la grande madeleine que je suis a peu pleuré pendant cette lecture). C’est plus notre culture, ce que l’on sait sur la période et les actes des nazis qui révèlent les horreurs des événements. (Je ne sais pas si je me fais bien comprendre, je m’en excuse!)  

Sinon, je trouve la fin très belle, même si elle est très triste. J’ai aussi beaucoup apprécié que l’auteur nous laisse quelques notes à la fin du roman, notamment sur le fait qu’elle ait rendu visites à des anciens « enfants Lebensborn », rescapés de Lidice, avec qui elle a pu discuter et qui lui ont inspiré le personnage de Milada. L’auteur nous explique le pourquoi de ce massacre, comment cela s’est traduit dans les faits, ce que sont devenus les enfants survivants etc. J’ai trouvé ça très important et approprié d’avoir ces explications. 

En clair, je recommande ce roman à tout le monde, et tout particulièrement aux jeunes, si vous arrivez à mettre la main dessus. C’est une histoire triste mais qui mérite d’être connue, surtout quand on sait que les faits sont réels. Que tout cela a existé.

***

Ma note : Notation 4 sur 5

À qui je recommande ce livre : à tout le monde et tout particulièrement aux jeunes et à ceux qui sont intéressés par cette période de l’Histoire.

Crédits image : le site internet d’Amazon France.

***

Et vous, est-ce que vous avez lu des livres sur la Seconde Guerre mondiale? Est-ce que c’est un sujet qui vous intéresse? Dites-moi tout !

Bises, prenez soin de vous !

signature-coquelicot

23 thoughts on “Ils m’ont appelée Eva de Joan M. Wolf !

  1. Coucou !

    C’est un livre dont j’ai entendu parlé sur youtube également et j’ai vu, que peu après tu l’avais en ta possession, je l’ai ajouté sur ma wishlist et j’attendais ta chronique avec impatience !

    Bien que n’étant pas une grande passionnée d’Histoire, la guerre a toujours était un sujet qui captait mon attention, j’avais envie de savoir, bien que ce soit des périodes horribles, et nous nous devons de savoir je pense.

    Ce livre semble très intéressant et bien que ne l’ayant pas lu, avec ce que tu en dis je pense qu’il aurait toute sa place en cours ! Ca serait un autre moyen de sensibilisé les jeunes à cette période, à ce passé.

    D’ailleurs, je suis aller sur un camp de concentration durant mes vacances, si certains endroits ne m’ont fait ni chaud ni froid (car destruction des vieux batiments et autres) d’autres m’ont foutu froid dans le dos… j’avais toujours entendu dire « on se sent mal, oppressé » ben sur place j’ai compris et j’étais vraiment mal en imaginant l’enfer que ces gens ont vécu là où je marchais ce jour là innocemment. Ca aussi les écoles devraient faire ce genre de visites pour que les élèves comprennent et ce rendent compte. (Car oui des fois j’entends de ces remarques… je me dis qu’en plus d’être inculte ces jeunes sont l’avenir de la France, au secours). Du coup ayant ces souvenir bien frais je pense que ce bouquin ne me toucherait que plus.

    Bref tout ça pour dire que j’aimerai mettre la main dessus, alors si un jour tu le vois pense à moi ! 🙂

    Bisous et merci pour cette chronique qui est au top comme toujours !

    1. Coucou: Je suis contente que ma chronique t’ait plu ^^
      Moi je suis une grande fan d’histoire, mais je trouve qu’on entend trop parler de toute cette période, 39-45, les gens (les média) aiment bien entretenir les rancœurs et les tensions…
      Je trouve que c’est un sujet que l’on doit aborder de façon intelligente.
      Je trouve donc que les livres c’est une bonne alternative aux infos et au documentaires (oui, parce que même dans les documentaires, on voit de ces trucs! O.O).
      Si tu est intéressée par le programme Lebenborns il y a aussi le livre qui s’appelle Max, de Sarah Cohen-Scali, qui a l’air très beau aussi. Tu as raison, ça serait une bonne chose qu’on fasse lire ce livre (et tant d’autres!) aux jeunes à l’école. Sinon, pour la visite des camps, certains écoles le font, après ça dépend des moyens de l’établissement et tout… mais bon, c’est une excellente idée. Moi je n’ai pas eut cette chance! Je guette la sortie du livre, il y a d’ailleurs une rumeur qui dit qu’il devrait bientôt être publié à nouveau. Sinon, met des alerte sur priceminister et gibert joseph! Bises!

      1. Oui voilà c’est ça j’ai l’impression qu’on nous rabache toujours la même chose alors qu’il y a tellement d’autres choses a dire et effectivement il faudrait abordé la chose plus intelligement car je suis tout a fait d’accord avec toi ils cherchent à entretenir tout ça :/

        Je note ce second livre et je vais surveillé pour Il m’ont appelé Eva merci des infos ! ^^

          1. C’est tout à fait ça :/

            Mais oui ! T’inquiete j’étais remonté et dégouté aussi a ce moment la car comme toi je trouve qu’étudier l’allemand n’a rien a voir avec tout ça et qu’il ne faut pas préviligier ces élèves là par rapport aux autres :/

          2. ça me rassure alors XD
            Oui, je trouve ça idiot! C’est comme les classes de latin qui vont visiter l’Italie… quel rapport? Genre les gens parlent latin en Italie… –‘ Moi je sais que je suis jamais partie nulle part au collège et je suis allée à Marseille et à Venise au lycée (pour Venise, on a organisé le voyage nous-même avec le prof d’art-p et les latinistes se sont incrustés, car c’était l’Italie…). Je trouve que c’est idiot de faire comme ça… du coup, y a des classes qui font des trucs, et d’autres qui font rien…

          3. Oui t’inquiete pas xD

            Mais oui c’est tout a fait ca encore une fois :/ j’ai pas le souvenir d’avoir été quelque part non plus avec le collège… en meme temps c’était un collège de boulets 😡 je suis aller en Chine avec le lycée pendant 15 jours et a Dubai pendant 3 jours car on a fait une escale en rentrant, bon là c’était reservé aux classes faisant Chinois car c’était un échange, on avait des correspondant et tout ca comme certains ont des correspondant Allemand, Italien, Anglais ^^ mais la chaque classe avait un voyage du coup ^^

          4. La Chine O.O la claaaaasse!!!!!! Du coup, tu parles chinois?? Moi j’ai déjà du mal avec l’anglais, donc même pas la peine d’envisager d’apprendre une langue avec un autre alphabet X’D

          5. Chinois et Japonais 😉 je l’avais dis sur un tag rappel toi 😉
            J’ai de petites notion en Chinois et Japonais je me débrouille bien ^^ les langues m’ont donné de sacrés points au Bac entre l’italien, le chinois et le japonais :p
            Je ne cite pas l’anglais car j’ai plus progressé une fois sortie de l’école avec cette langue que quand j’avais des cours xD

          6. Oui, mais je pensais que c’était que des petites notions par-ci par-là, car tu es passionnée par l’Asie. Là c’est un autre niveau!!! Moi je voulais prendre italien (vu que c’est le pays d’origine d’une partie de ma famille), mais y avait que l’allemand et l’espagnol. Du coup, j’ai pris la langue que je trouvais la moins désagréable à l’oreille. Et sinon, en anglais je suis l’une des plus grand quiche du monde ! De manière générale, je suis une catastrophe en langue. >.<

          7. Ah non je me débrouille quand même un peu ^^

            Oh moi c’était Allemand ou Italien le choix fut vite fait et mes profs d’italien <3 je les ai tous surkiffé ! De bons moments surtout avec mes profs de collège ! ^^

            Haha après on a tous nos faiblesses ou autres haha ^^

          8. C’est trop top! ça doit pas être facile à apprendre! Rien que la mémorisation des idéogrammes (surtout quand tu fais japonais ET chinois) et les autres alphabets japonais… >.< Oui, je trouve l'italien très beau. Je suis vraiment dégoûtée de ne pas avoir eut l'opportunité de prendre cette langue au collège!

          9. Je n’ai pas trouvé que c’était difficile simplement car étant passionnée a fond, et bien c’était un plaisir de a à z ^^ et comme le Chinois et le Japonais ne se ressemble pas ou peu ce ne fut pas un probleme ^^

            Je comprends ! Il devrait y avoir plus de choix :$

      2. Zut j’ai envoyé avant de finir 😡

        Pour les écoles oui certaines le font mais exemple dans mon collège certains ont pu aller visité des camps et d’autres non. C’est simple ils ont fait faire ce voyage aux classes qui faisaient Allemand simplement, et je n’en faisais pas partit, je trouve ça pas terrible

        1. juste ceux qui font allemand? C’est d’une bétise! ça a rien a voir avec la langue, c’est dans le cadre de l’histoire qu’ils font les amener là bas… Le cliché quoi! Genre Allemand = camps de concentration = nazis… C’est tellement idiot! Et du coup, les autres élèves ratent quelque chose! (la fille qui s’énerve toute seule! ^^’)

Me laisser un petit mot ?